Parler de l’échec entrepreneurial : une thérapie ?

« 60 000 entrepreneurs déposent le bilan de leur société chaque année » avance Philippe Rambaud, Président de l’association 60 000 rebonds, qui vient en aide aux entrepreneurs post-faillite. Comment ces chefs d’entreprise qui ont parfois connu des années fastes arrivent-ils à rebondir après un échec entrepreneurial ? Car oui, s’il y a bien une leçon à retenir, c’est qu’il existe toujours un rebond.

De nouveaux concepts d’événements sont apparus depuis plusieurs années : ils se nomment FuckUp Nights, Failcon, et ont tous le même objectif, celui de dédramatiser l’échec entrepreneurial grâce aux témoignages d’anciens chefs d’entreprises.

logo_FuckUpNights

« J’ai mis 10 ans avant d’arriver à en parler »

Hier soir s’est tenue la 1ère édition de la Fuck Up Nights Strasbourg, la déclinaison du concept né au Mexique, initialement créé pour informer les créateurs de startups et les mettre en garde face aux erreurs à éviter. Le concept permet ainsi de laisser la parole à 2 ou 3 intervenants, appelés « losers ». Dans une ambiance décontractée et conviviale autour de quelques verres (à Strasbourg le point de rencontre était le Barco Latino), Pascal Gaden, Patrick Adler et Roger Daviau ont partagé leur expérience de l’échec.

Voici les leçons qu’ils ont souhaité partagé avec le public :

  • Ce qui mène au succès peut aussi mener à l’échec
  • Maîtriser sa croissance, c’est aussi savoir dire non
  • Ce n’est pas le marché qui dirige votre entreprise : il faut savoir pivoter sa stratégie en anticipant les besoins
  • Le rebond existe vraiment
  • L’échec est une leçon de vie
  • Ce qui vous sauve, c’est l’amour de votre famille, de vos collaborateurs et de vos partenaires

Des leçons d’humilité qui ont su capter l’audience, avec des anecdotes chocs, telle que « je me garais loin du Pôle Emploi, car j’avais honte de garer ma Porsche devant l’entrée » (il était alors plus compliqué pour l’ex-dirigeant de vendre sa voiture plutôt que de finir de la payer).

L’échec entrepreneurial est une expérience difficile pour le dirigeant, d’autant plus qu’il est doublé d’une perte de l’estime de soi, vécu comme un véritable échec social.

La pyramide de l’échec

Source : portaildurebond.com

Source : portaildurebond.com

Accompagner les dirigeants : la voie de la guérison

Tous les intervenants s’accordent à dire que l’accompagnement des dirigeants en difficulté, ou les témoignages qu’ils adressent lors de conférences, sont d’excellentes thérapies.

Pour exemple, Pascal Gaden est devenu Conseiller aux mutations économiques à l’ADIRA, et Patrick Adler est devenu Directeur Général de son ancien plus gros concurrent, après l’avoir accompagné en période de difficultés économiques. « Je me sens renforcé par l’échec que j’ai vécu, j’ai aujourd’hui une humilité qui me faisait défaut et je n’échangerai pas ma vie d’aujourd’hui contre celle que j’avais avant » déclare ce dernier.

D’autres ont décidé de créer ou de rejoindre des associations d’aide aux entreprises en difficulté, dont un GIA (groupement d’intérêt associatif) vient d’être créé : le Portail du Rebond, soutenu par l’ex-ministre déléguée chargée des PME, de l’Innovation et de l’Économie numérique, Fleur Pellerin.

L’écosystème entrepreneurial à Strasbourg : du mouvement !

La soirée d’hier fut organisée à Strasbourg par la Scop les 2 Rives : Hélène Ludmann a souhaité mettre en avant sa volonté d’accompagner et de partager les expériences de chacun. La Scop les 2 rives s’intéresse aux nouvelles façons d’entreprendre et de travailler et développe actuellement un projet d’espace de travail collaboratif pour les entrepreneurs et les acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire à Strasbourg. Au-delà de l’aspect coworking, cet espace sera un lieu d’échange et d’entre-aide entre professionnels ; un écosystème dans lequel se développeront des projets d’innovation sociale et écologique. Et pourquoi pas laisser votre avis sur ce projet de création d’un nouvel espace de coworking ?

Notre avis sur la soirée et les témoignages : malgré un accent poussé sur l’aspect « soutien familial, l’amour du conjoint, etc. » où l’on aurait pu se croire sur le plateau de « C’est mon choix », le message était clair : il faut arrêter de considérer l’échec entrepreneurial comme un tabou. La notion de rebond est excellente, et prouve à tout un chacun que la réussite, c’est avant tout d’avoir eu le courage de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. J’estime en effet que les conseils d’un ancien dirigeant sont sans doute plus impactants que ceux d’un diplômé salarié n’ayant jamais vécu la création d’entreprise, et donc encore moins celle de la faillite. Avis aux jeunes et futurs chefs d’entreprises : cela n’a jamais fait de mal d’apprendre quelques leçons, surtout quand l’ambiance est conviviale ! Alors allez-y ! 🙂

Advertisements

Étiquettes : , , , , , , ,

About bewhyblog

Consultante Marketing & Communication B2B

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :