Création d’entreprise : changer du statut d’auto-entrepreneur vers la SARL

Après mon dernier article inspiré des cahiers de vacances (Devenir auteur à 6 ans grâce à Rêves aux Lettres), la pause estivale se termine et le blog reprend du service ! Et pour ce nouveau billet, il ne s’agira pas d’une analyse ou d’un test de concept, mais d’un décryptage de mon projet de création d’entreprise. J’ai effectivement basculer au 25 Juillet 2014 du statut d’auto-entrepreneur à celui de SARL unipersonnelle, pour diverses raisons que je vous présenterai ci-après.

L’objectif de cet article est de vous présenter le parcours de création d’entreprise de mon point de vue, mais également la stratégie de développement pour laquelle j’ai opté. En espérant que cet article puisse donner des conseils et outils aux personnes qui désirent entreprendre.

Pourquoi quitter le statut d’auto-entrepreneur pour créer une SARL ?

Créée en Novembre 2010, mon activité BY Consulting de conseil marketing et communication aux TPE/PME avait atteint les objectifs fixés au départ : dépasser le seuil de Chiffre d’Affaires autorisé (32 900€HT pour les prestations de services) en 3 ans. Après avoir démarré mon activité de Consultante grâce à la confiance de mon premier client AIRRIA, j’ai pu bénéficier en parallèle de l’ACCRE (Aide aux Chômeurs Créateurs Repreneurs d’Entreprises) et ainsi voir mes charges sociales exonérées. A savoir que durant les 12 premiers mois d’activité, j’ai pu maintenir mes allocations de chômage qui complétaient ainsi les mois sans recettes. Chiffre-clé : le taux de pérennité à trois ans des entreprises aidées est proche de celui des autres entreprises (65 % contre 67 % pour les entreprises non aidées)

Se fixer des objectifs, un facteur de réussite

3 ans, c’était l’objectif que je m’étais fixée pour développer mon entreprise et quitter le statut d’auto-entrepreneur. Cette période correspond à la fois à la durée de l’ACCRE, mais également au premier palier décisif de la vie d’une entreprise. En effet, il est important de connaître les données suivantes :

BYCWebsite_112010

La toute première version de mon site Internet http://www.by-consulting.fr

Avoir une véritable vision d’entreprise

A mon sens, le statut d’auto-entrepreneur n’a toujours été qu’une phase de transition avant la véritable entreprise. Ce statut permet de tester une activité, de la pérenniser, avec une simplicité de gestion qui minimise la prise de risque. Puis il est primordial d’impulser une nouvelle dimension à son entreprise, et lui donner des ailes pour voler. En d’autres termes, il s’agit ici de prendre un vrai risque : accepter un fonctionnement plus lourd en termes comptable et administratif, prendre conscience de son seuil de rentabilité pour perdurer.

De nouveaux avantages avec la SARL

Loin de vouloir être pessimiste, mais plutôt réaliste, je tiens à vous rassurer : créer une entreprise, ce n’est pas que des charges à payer ! Pour ma part, il devenait important de pouvoir déduire mes frais de fonctionnement : car malheureusement en auto-entreprise, vos frais de déplacement, de téléphonie et internet, frais de restauration et autres ne sont pas des charges déductibles. Ainsi, sur le CA déclaré à l’URSSAF, ces frais ne sont pas pris en compte : cela signifie donc que vous payez des impôts et charges sur un CA et non sur la marge d’exploitation.

Les avantages que je perçois dans la création de ma SARL :

  • Plus de seuil de Chiffre d’Affaires
  • Une imposition au réel
  • Tous les frais de fonctionnement pris en charge par la société
  • Une flexibilité quant à la rémunération du gérant

Pour les deux derniers points, il faut savoir que mon activité ne nécessite pas d’investissements lourds, seuls un téléphone et un ordinateur portables, une connexion internet et un véhicule me suffisent. Ainsi, une fois tous ces frais pris en charge, je ne me verse qu’une petite rémunération pour couvrir mes dépenses personnelles.

En parallèle, j’en ai également profité pour me faire un petit cadeau : un leasing automobile. Exit la vieille Twingo, place à la nouvelle Fiat 500 Abarth ! 😉

Fiat500Abarth_RougeCordolo_Avant

Leasing automobile

J’ai décidé de réaliser une cession de fonds de commerce d’auto-entrepreneur à ma nouvelle entreprise

Dans quel but ? Tout simplement pour faire passer une partie de la rémunération en « crédit vendeur », c’est-à-dire en frais de fonctionnement et non en salaire, donc sans charges sociales. Si cela vous intéresse, sachez que cette opération s’effectue avec un notaire qui rédige l’acte de cession et publie dans le journal officiel.

Comment définir le fonds de commerce ? Il vous suffit de vous baser sur la moyenne de vos 3 derniers CA réalisés. En fonction de votre activité, le taux maximal applicable varie. Pour ma part, il pouvait aller de 20 à 65% du CA TTC annuel. Le référentiel utilisé est le barème Lefebvre. A noter : en dessous de 23 000€, la cession n’est pas taxée.

Voici donc toutes les raisons qui m’ont conduites à opter pour la création d’une SARL.

La stratégie de développement du Chiffre d’Affaires

En activité de conseil aux entreprises, la recommandation par le réseau prend largement le pas sur la prospection. Voici en résumé les différents points-clés de ma stratégie de développement d’activité :

  • Intégrer des réseaux d’entreprises locales
  • Se rendre visible : physiquement et sur la Toile
  • Développer des outils de présentation
  • Fidéliser la clientèle via des contrats annuels

Dès le démarrage de mon activité, j’ai rejoint un club d’entreprises locales pour me faire connaître et développer mon réseau de contacts. Cela m’a permis de rencontrer différents acteurs de la vie économique. En intervenant à l’occasion d’une thématique de stratégie web des entreprises, j’ai pu davantage faire connaître mes missions et réalisations.
Exemples de clubs : BNI, clubs des plateformes d’initiative locale, …
Pour tous ceux qui souhaiteraient bénéficier d’un prêt d’honneur pour la création de leur entreprise, sachez qu’il existe de nombreux organismes d’accompagnement, qui comptent également des réseaux d’entreprises « aidées ». Parmi eux, on peut citer BPIFrance, Initiative France, Réseau Entreprendre, …

Je dois reconnaître que la prospection n’est pas mon fort, aussi je mets l’accent sur la visibilité et la notoriété pour développer mon activité. Avec un site Internet (le référencement naturel est un travail de longue haleine qui doit être maintenu en permanence : plus facile à dire qu’à faire !), mon blog professionnel et mes réseaux sociaux pour la partie « virtuelle ». Encore une fois, il est important d’aller à la rencontre de vos prospects et d’échanger directement avec eux : conférences, évènements d’entreprises, salons, les occasions ne manquent pas !
J’ai su nouer au fil des années de véritables partenariats avec des entreprises dont les compétences étaient complémentaires aux miennes : partenaires et prescripteurs sont à privilégier !

Quant aux supports de présentation, ma vitrine Web est mon principal outil, complété par une présentation en PDF pour des envois par mail. Mais le support le plus pertinent, aussi simple soit-il, reste la carte de visite ! Hé oui ! Cette petite carte au format 8,5 x 5,4 cm sait faire parler d’elle ! Chaque rencontre doit obligatoirement être accompagnée d’une carte de visite à laisser à votre interlocuteur. Plus elle sera originale et attractive, que ce soit au niveau graphique ou de la qualité d’impression, sachez qu’une carte « sexy » laissera une empreinte dans l’esprit de votre interlocuteur. Au mieux, elle finira à l’avant de la boîte des cartes de visite. Alors par pitié, ne négligez pas vos cartes de visite et ne les distribuez pas comme des flyers : accordez-leur la valeur qu’elles représentent, c’est-à-dire votre image et la première impression que vous donnez.

Carte_recto_BYC

Ma première carte de visite : finition pelliculage mat pour un rendu chic

Pour finir, bien entendu, mon activité ne se serait pas développée sans la fidélité de mes clients. Outre la nécessité de mettre en place un relationnel fort avec les clients, le suivi régulier et la proactivité sont toujours payants. Je n’ai jamais pris le parti de développer un portefeuille clients en volume, mais en qualité. Certes le risque de n’avoir que peu de clients est présent, mais la pérennité de la relation et la qualité des prestations sont au final les axes stratégiques.

Après avoir démarré avec des prestations au forfait pour la plupart de mes missions, j’ai décidé de proposer à mes clients d’optimiser ma présence. Pour cela, nous avons mis en place une mission de responsable marketing à temps partagé sur un an. Qu’il s’agisse de 1 ou 2 jours par semaine, ou d’une demi-journée par mois, c’est la récurrence et « l’abonnement » qui priment ici. Imaginez seulement la sérénité de chef d’entreprise que l’on ressent lorsque le CA annuel est déjà validé en début d’année !

Lorsque cela n’est pas réalisable, je propose alors à mes clients un forfait comprenant 2 ou 3 actions récurrentes dans l’année (un emailing ou un communiqué de presse 3 ou 4 fois par an par exemple). Le client se donne ainsi le temps de tester le mode de fonctionnement, et in fine, le taux de conversion en « abonnement » est proche de 100%. Patience et confiance sont de rigueur !

Depuis un an, je suis également devenue intervenante en écoles de commerce et IUT : pour la nouvelle rentrée, j’ai vu le nombre d’heures confiées doubler ! Cette activité de formation était un objectif que je m’étais fixée pour mes 30 ans, rendue possible grâce à une transformation d’opportunité. Savoir arriver au bon moment et au bon endroit, c’est possible : il vous suffit simplement de rester en veille permanente, garder une écoute attentive du monde qui vous entoure.
Finalement, même si la prospection n’est pas mon fort, je conclurai plutôt en vous disant qu’il faut développer son entreprise en restant le plus naturel possible. Je prospecte à ma manière, là où je me sens à l’aise. Mon vrai point fort : le relationnel client, qui me permet de fidéliser quasiment à 100%.

Et vous ? Quel est votre secret pour développer votre entreprise ? Etes-vous plutôt pour un développement important du portefeuille clients en nombre ou en CA moyen ?

Advertisements

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

About bewhyblog

Consultante Marketing & Communication B2B

Trackbacks / Pingbacks

  1. Création d'entreprise : changer du statu... - 13 août 2014

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :