Archive | blog RSS for this section

Blogueur et salarié : et si votre employeur vous sponsorisait ?

Beaucoup de gens se posent des questions sur la vie des blogueurs : sont-ils des blogueurs professionnels ? Sont-ils sponsorisés par une ou des marques ? Travaillent-ils dans la même branche ? Comment gèrent-ils leur planning entre leur métier et leur blog ?

Dès lors, je me suis demandée si leurs employeurs avaient connaissance de leurs blogs, et s’ils savaient les valoriser. Voici donc un article à la croisée du personal branding et de la marque employeur.

5 blogueurs strasbourgeois ont accepté de participer à l’enquête réalisée fin novembre. Elles (4 sur 5 étaient des femmes) sont principalement chargée de communication numérique, chargée d’animation et d’organisation événementielle, consultante en stratégie virale. Lui est en phase de reconversion, pour faire de sa passion (la pâtisserie), son futur métier.

Enquete_Blog_Salarie_Header

Personal branding & marque employeur : un partenariat efficace ?

Une politique d’entreprise tournée sur l’innovation par les collaborateurs

100% des blogueurs interrogés affirme que son employeur connait le blog. 80% de ces entreprises ont une politique de communication visant à valoriser les collaborateurs, au travers d’une communication interne ou externe. Ces mêmes entreprises favorisent l’innovation par les collaborateurs, les incitent à prendre des initiatives et à participer au développement de la société.

Ils sont unanimes : les blogueurs aimeraient que leur employeur mette en avant leur activité de blogging au travers d’une communication spécifique, qu’il s’agisse d’un partenariat officiel ou d’un encart du type « la vie de nos salariés ». Pour les employeurs, soyez rassurés : vos collaborateurs envisagent d’un très bon oeil un éventuel partenariat entre votre entreprise et leur blog.

Faire jouer son niveau d’influence

Il se peut que votre salarié blogueur ait plus d’influence sur les réseaux sociaux que votre entreprise (ce qui est souvent le cas) : et pourquoi pas valoriser son personal branding pour séduire vos prospects et/ou les rassurer ? Prenons l’exemple de Caroline Port Glotz, qui compte plus de 2000 fans sur sa FanPage Caroo Wild, et organise de nombreux jeux-concours avec des marques partenaires sur son blog mode, beauté et lifestyle à Strasbourg. En parallèle, Caroline est consultante en stratégie virale au sein de FriendlyAgence. Quoi de mieux que d’être son propre pilote ou bêta-testeur pour des campagnes virales ?

De l’autre côté, votre responsable peut avoir un réseau d’influence important, et le moindre partage sur ses propres réseaux peut rapidement booster votre visibilité. Eurydice du blog VoyageLab.fr nous confie : « Mon chef partage souvent mes articles sur sa page facebook et ça me fait toujours plaisir 🙂 D’autant que je ne lui demande rien et qu’il sait quelle influence il peut avoir grâce à ses nombreux contacts. Un relai et hop, il booste notre visibilité ! Parfois, il parle du blog à ses interlocuteurs lors de rendez-vous pro, c’est aussi une belle façon de mettre en avant ses salariés. Comme toi, il a compris le truc 😉 »

Capture d’écran 2015-12-03 à 11.14.50

Comment valoriser le blog de vos collaborateurs ?

Employeurs : comment valoriser vos collaborateurs-blogueurs ?

Sachez que 80% des blogueurs organisent entre 2 à plus de 5 fois par an des jeux-concours, ou ont été sponsorisés dans le cadre de partenariat avec des marques. Il peut s’agir d’un sponsoring produit, d’une publicité en ligne, ou d’un partenariat officiel. Je vous invite à relire mon article dédié à la relation marques/blogueurs.

Néanmoins, il est indispensable au préalable d’évoquer ensemble les différents leviers de collaboration possible, même si au départ, vos activités semblent totalement différentes. Plus important encore, il est primordial de définir les attentes de chacun, et les contreparties que chacun est prêt à respecter. Plus de temps libre, des avantages en nature, ou encore une participation financière, en échange d’une visibilité accrue, pourquoi pas ?

Si pour certains employeurs, il apparaît naturel d’utiliser son influence pour accompagner ses collaborateurs dans leur projet extra-professionnel, pour d’autres malheureusement, cela est nullement envisageable. Thierry du blog Pati’Sphère, nous confie en effet que son ancien employeur (organisme social) ne l’a pas du tout épaulé, bien au contraire : « J’aurai effectivement souhaité que l’entreprise soit plus ouverte aux activités extra professionnelles quand bien même celles-ci n’auraient rien à voir avec la mission de l’organisme. Il y a beaucoup de supports de com sur lesquels ils serait possible de mettre les collaborateurs à l’honneur. L’entreprise a malheureusement fait le choix de retourner ma passion contre moi et de me pousser à partir. »

Relation marque territoriale et blogueurs, un partenariat efficace ? L’exemple avec Strasbourg

Quand la notoriété d’un blog peut valoriser l’attractivité économique et touristique d’une région, pourquoi ne pas l’exploiter ?

Blogueuses et chargées d’animation et de communication

Parmi les blogueuses interrogées, nous retrouvons Emanouela du blog Stras’Miam, qui recense tous les endroits où on peut « bien manger sans se ruiner » à Strasbourg. Blogueuse food lors de ses pauses déjeuner et dîners entre amis, Emanouela Todorova est avant tout Chargée d’animation et d’organisation événementielle pour l’Agence d’Attractivité d’Alsace. Elle favorise ainsi le networking et la dynamique économique en Alsace, également au travers du Club des Ambassadeurs d’Alsace.

Quant aux fondatrices du blog VoyageLab.fr, blog de voyage dédié aux bons plans au départ de Strasbourg, elles mènent également une mission d’animation économique, puisque Eurydice Hallé est chargée de communication au sein de l’ADIRA, Agence de développement économique du Bas-Rhin et Manon Schmidlin est chargée de communication numérique à l’Eurométropole de Strasbourg.

3 blogueuses et ambassadrices de la marque Alsace

Strasbourgeoises d’origine ou de coeur, elles ont toutes trois l’Alsace « à coeur ». L’une met en avant la gastronomie alsacienne, favorisant ainsi l’attractivité touristique, auprès de 4300 fans sur Facebook !

Le blog VoyageLab.fr propose des destinations à découvrir au départ de Strasbourg, et l’ADIRA vise à inciter les entreprises à choisir le Bas-Rhin comme destination pour leur implantation stratégique, tout comme l’Eurométropole vise à attirer étudiants, cadres, touristes et chefs d’entreprise à Strasbourg plus particulièrement. Quel lien pour un partenariat potentiel ? Pourquoi pas envisager de la visibilité strasbourgeoise lors des voyages à l’étranger, en tant qu’ « ambassadeurs d’Alsace » justement ? Un beau clin d’oeil… Et pourquoi pas mêler voyage touristique avec mission économique à l’étranger ? D’autant plus que le blog met en avant la rubrique e-tourisme !

Vous l’aurez compris, il y a fort à faire entre les marques et les blogueurs, mais aussi entre employeurs et blogueurs ! Et vous, aimeriez-vous que votre entreprise mette en avant votre activité extra-professionnelle ? Marque employeur : envisageriez-vous de collaborer avec vos salariés blogueurs ?

Un grand merci aux blogueurs ayant participé au sondage :

Caroline du blog Caroo Wild
Emanouela du blog Stras’Miam
Eurydice et Manon du blog VoyageLab.fr
Thierry du blog Pati’Sphère

Pour télécharger l’infographie complète, cliquez ici

Inbound marketing : Toastr révolutionne la vidéo de contenu

En janvier dernier, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Réouven Sellam, fondateur de Toastr, le premier studio d’enregistrement vidéo entièrement dédié au marketing de contenu, tandis que le projet n’était pas encore lancé. Après quelques mois de démarrage, j’ai tenu à faire le point sur son offre de vidéo marketing dédiée aux professionnels, lancée depuis août dernier.

Découvrez le concept Toastr, qui révolutionne déjà le marketing de contenu : une révolution au niveau du fonctionnement avec une offre de pack vidéos en PAD (Prêt à Diffuser), entraînant ainsi un bouleversement du marché avec un tarif ultra compétitif.

logo-toastr

Toastr : développez votre stratégie d’inbound marketing avec la vidéo de contenu

Be Why : Peux-tu nous présenter ton parcours et le concept de Toastr ?

Réouven Sellam : Je suis motion-designer de métier. Au fur et à mesure des rencontres avec les clients, j’ai réalisé qu’il existait un besoin non comblé à ce jour. Les annonceurs ont en effet besoin aujourd’hui de communiquer de manière régulière. Le problème était donc simple. Pouvoir proposer de la production de contenu vidéo de manière flexible et à un prix compétitif pour permettre d’utiliser l’outil vidéo de manière récurrente.

BW : Votre objectif est de rendre le contenu vidéo plus accessible, avec un modèle innovant, c’est bien ça ?

RS : Tout à fait. Toastr est un studio de tournage dédié et optimisé pour produire de la vidéo en flux tendu avec une capacité de réponse aux demandes urgentes. Nous avons fait construire un cyclorama – fond de studio – de taille réduite et équipé d’un système de multi-caméra.

IMG_4359.jpg

© Toastr

Plus qu’un simple studio en location, nous proposons une prestation complète permettant à nos clients de disposer d’un PAD – prêt à diffuser – compatible avec les plateformes de diffusion actuelle. Ce PAD est livré au client dans un délai très court, soit en 3 jours en moyenne.

Nous ne nous plaçons pas comme un énième prestataire vidéo, nous nous voyons plutôt comme une nouvelle manière d’aborder l’outil vidéo. La partie technique intéresse peu les destinataires de nos vidéos, alors pourquoi celle-ci doit être si importante sur le devis ou si omniprésente lors d’un tournage ? Replaçons l’importance sur le message de nos annonceurs et recentrons l’utilisateur dans ses préoccupations.

Des applications multiples pour votre stratégie de vidéo marketing

Inutile de vous préciser qu’aujourd’hui, la vidéo est le média qui obtient le plus haut niveau d’engagement, avec l’avènement des formats courts, directement lus sur les réseaux sociaux.

Proposer du contenu à forte valeur ajoutée, au travers d’une stratégie d’inbound marketing, vous permet ainsi de gagner en visibilité et en notoriété. Le vidéo marketing vous permet de gagner davantage en viralité, grâce à son format multi-plateforme, et en référencement naturel, notamment grâce à votre chaîne YouTube.

BW : Mais alors, quels types de contenus vidéo proposer dans le cadre d’une stratégie d’inbound marketing ?

RS : Sur le blog de Toastr, je propose des articles destinés à inspirer les entreprises et entrepreneurs à intégrer la vidéo comme format plus récurrent, ou plus spécifique à l’une de leurs activités.i

Des vidéos didactiques (sous forme de screencasting par exemple) aux témoignages clients, ou encore un SAV Vidéo sont des exemples d’applications spécifiques qui ont le vent en poupe.

Vous pouvez également proposer des rendez-vous réguliers : il peut s’agir de webinars, ou encore d’interviews clients ou partenaires, que vous diffuserez alors sur votre webTV.

L’objectif est avant tout de proposer du contenu différenciant, où la vidéo peut apporter une réelle valeur ajoutée à l’internaute, que ce soit pour mieux comprendre un concept, ou bien découvrir comment bien utiliser son nouvel achat.

C’est en ce sens que notre modèle diffère des studios vidéo existants : nous proposons des packs vidéos à tarif dégressif pour inciter les marques à utiliser ce format, et ainsi démocratiser l’usage de ce média. Ce tarif est accessible du fait d’un format « tout compris », avec la seule contrainte d’un enregistrement en studio, et non sur site.

Notre offre s’adresse donc facilement à tous les blogueurs désireux de varier les formats de leurs articles, en proposant par exemple des interviews vidéos.

Les offres Toastr

Les offres Toastr

Les perspectives pour Toastr ?

Les lecteurs de mon blog savent que j’ai beaucoup d’admiration pour Gabriel Dabi-Schwebel, dirigeant de l’agence 1min30, qui est l’un des premiers à avoir évoquer l’inbound marketing comme le principe pour une entreprise de devenir son propre média. Lui-même utilise beaucoup la vidéo pour présenter son offre.

UPDATE DU 01/12/2015 : n’hésitez pas à télécharger le livre blanc de l’agence 1min30 pour votre stratégie de vidéo marketing

BW : As-tu songé à te mettre en relation avec son agence ?

RS : Effectivement, nous avons une petite anecdote avec l’agence 1min30. En mars 2015, alors que la société en était tout juste en recherche d’un local et de financement, j’avais pu mettre en ligne une landing page en attendant la version finale du site web.

A ma grande surprise, j’ai été contacté par Gabriel Dabi-Schwebel. Son agence dispose d’un des blogs les plus consultés sur l’actualité du webmarketing et de la production de contenu. Ils revendiquent à ce jour plus de 70,000 visiteurs par mois, c’est considérable.

Gabriel m’a félicité pour la pertinence de mon offre et m’a indiqué qu’il souhaitait reproduire le même type d’offre sur Paris. Bien sûr, à l’époque je ne pouvais me disperser sur plusieurs villes alors que mon projet était naissant. Quelques mois plus tard, une petite maladresse de son équipe (l’offre de studio vidéo est sensiblement la même) m’a permis de reprendre contact avec lui et pourquoi proposer un nouveau service Toastr sur Paris. Le début d’une belle histoire ? A suivre.

BW : Côté chiffres, le démarrage de Toastr répond-il à tes attentes ?

Depuis notre lancement en août dernier, nous avons déjà produit 37 vidéos, et sommes en cours de signature de plusieurs contrats récurrents. Nos clients sont essentiellement des agences de communication, des services marketing ou des clients en direct, qui apprécient avant tout de pouvoir utiliser ce concept pour des projets ou clients variés. Nous sommes également en projet avec des Youtubers, mais je ne peux en dire plus pour le moment.

Avec la multiplication des programmes en format court, et la nécessité de s’adapter à la vidéo mobile, les marques ont compris l’enjeu du vidéo marketing. Aujourd’hui, bon nombre d’entreprises s’imaginent encore que la vidéo est réservée aux gros budgets, or, notre rôle est de leur prouver que la vidéo peut être un média tout à fait abordable.

Un grand merci à Réouven pour son témoignage. Nous regrettons de n’avoir pu réaliser cette interview en vidéo ! Faute de disponibilité géographique. Mais ce n’est que partie remise. 🙂 

Et vous, que pensez-vous de l’offre Toastr ? Souhaiteriez-vous proposer du contenu vidéo pour booster votre visibilité et offrir à vos cibles du contenu différenciant ?

La Newsletter : savoir définir son contenu et bien la diffuser

La newsletter connaît aujourd’hui ce que le papier a connu à l’heure du numérique, une longue période de désamour. Mais aujourd’hui, les marques ayant compris comment utiliser ces supports de manière ciblée et qualitative, se réjouissent des résultats obtenus.

L’objet de cet article n’est pas de traiter de la lettre d’information standard, envoyée comme un document annexe avec nos relevés de comptes mensuels, mais bien d’un support de communication ayant une cible clairement définie et un objectif à atteindre.

Parmi les précédents articles dédiés à l’inbound marketing, nous avons traité essentiellement des livres blancs, mais la newsletter est belle et bien un outil stratégique pour pousser du contenu que la cible attend. Encore faut-il dès le départ, comme pour toute stratégie des moyens, définir au préalable les cibles et les objectifs visés. Et plus important encore, définir une stratégie différenciée au travers du contenu et du discours.

Car oui, il peut exister au sein d’une même entreprise ou organisation, différentes newsletters pour différentes destinations : la newsletter de conquête (commerciale), la newsletter de fidélisation et de conversion (marketing), la newsletter de fidélisation interne (RH), et bien d’autres encore. Et pourquoi pas traiter de tous les types de newsletters dans un futur article ?

Mais pour l’heure, prenons le cas des deux types de newsletter les plus courants, mais parfois encore mal exploités. Voici nos préconisations pour optimiser leur impact et appeler le lecteur à l’action.

La Newsletter : un outil marketing de conquête

La stratégie de contenu reste aujourd’hui la pierre angulaire pour se différencier : proposer du conseil, au travers d’une expertise et une valorisation des compétences de l’entreprise, permet à la fois de gagner en visibilité et en référencement naturel.

Créer des articles de fond permet en ce sens d’apporter un éclairage aux prospects et clients, de les aider à mieux comprendre votre périmètre d’action.

Comment mettre en avant vos contenus ?

Une technique simple et qualitative consiste à envoyer à votre liste de contacts une newsletter, reprenant les principaux titres de votre article. Vous pourrez dès lors créer un rendez-vous avec vos cibles, en définissant la fréquence souhaitée (hebdomadaire, mensuelle, …).

Pour maximiser l’impact de votre article en ligne, le relais sur les réseaux sociaux est primordial. Un conseil : découpez votre article en thématiques. Ainsi, vous pourrez relayer les chapitres de votre article, par mot-clé ou thématique.

Un exemple : la newsletter de Human Vision, cabinet spécialisé en coaching d’affaires. Les thématiques traitées au sein des articles : leadership, management, motivation, développement personnel, … Retrouvez leurs différents articles ici.

HUMANVISION-Newsletter-2015-08-12

Newsletter Human Vision au Luxembourg

Stratégie de mise en avant : l’article est ainsi découpé par thématiques, et chaque semaine un nouveau post met en avant l’une des thématiques traitées. Cette technique offre du contenu spécifique lié aux centres d’intérêts de vos cibles.

Pour le cas de Human Vision, le lancement de cette newsletter a déjà permis à la société de remporter de nouveaux contrats, et ce, dès le premier envoi !

Et vous ? Que pensez-vous de cette stratégie de content marketing ?

La Newsletter : comprendre les attentes pour mieux fidéliser

L’objectif de la stratégie de contenu étant d’apporter de l’information qualitative et ciblée, il faut pour cela être en mesure de connaître et comprendre les attentes de vos clients. La newsletter orientée marketing vise à analyser le comportement des utilisateurs de vos services, de connaître leurs usages de vos produits, pour pouvoir proposer un niveau de service adapté aux attentes.

Ce type de newsletter trouve tout son sens lorsque vous souhaitez lancer un nouveau service, capter de potentiels utilisateurs. Par exemple, lors du lancement d’une version bêta d’un service web, la newsletter a pour objectif d’informer les utilisateurs des nouveautés, des nouvelles fonctionnalités, de sonder les utilisateurs.

Encore peu d’entreprises exploitent cette technique, alors qu’à l’inverse, beaucoup de startups utilisent ce canal pour améliorer l’expérience utilisateur de leur service.

L’exemple des startups illustre parfaitement ce point. Lorsque vous lancez un nouveau service ou produit, vous êtes confrontés à deux problématiques : le faire connaître, puis le commercialiser.

Comment exploiter la newsletter en phase de lancement d’un nouveau produit ?

La première erreur serait d’attendre que le produit soit fini pour démarrer son lancement. Or, les startups démarrent leur stratégie de communication en amont, afin de capter le public visé, leur présenter le concept, et susciter de l’intérêt pour leur produit. Plus le projet est innovant, plus la phase de teasing sera importante puisqu’elle devra « évangéliser » le public autour d’un concept encore inconnu.

Un exemple : le cas de BT Gröund, spécialisée en solutions wireless

Benoit Giroud, le fondateur, propose aux entreprises une solution de Wi-Fi intelligent, qui permet d’améliorer l’expérience lors de réunions. Le concept : permettre à l’ensemble des participants de projeter son contenu depuis son smartphone, sa tablette ou son PC, sans même avoir besoin de se connecter via un câble. La box BT Gröund, véritable media center, offre un environnement dématérialisé et ouvre vers un nouveau mode de réunion, qui sera plus interactive.

Une newsletter pour améliorer l’expérience utilisateur

Benoit Giroud a opté pour une phase de pré-lancement, en mettant à disposition des box au sein de diverses entreprises et écoles universitaires afin de recueillir leurs usages du service, et d’améliorer les fonctionnalités. Pour assurer un maximum de retours durant cette phase, le fondateur a choisi de mettre en oeuvre une stratégie d’accompagnement global. Au programme, des focus groups, un blog dédié, et bien entendu, une newsletter.

Celle-ci présentera les nouveautés, des réponses aux questions les plus fréquentes, l’agenda des focus groups, voire même des premiers témoignages d’utilisateurs.

Comment exploiter la newsletter en phase de commercialisation ?

Pour rester dans l’univers des startups, reprenons l’exemple de la société Squadrone System, présentée dans mon précédent article qui leur était dédié.

Les premiers drones autonomes ont été livrés suite à la première campagne KickStarter. La jeune startup anime son blog pour informer les investisseurs, les clients potentiels et toute la sphère des « Follow me drones ».

Suite à l’article qui leur était consacré, j’avais été invitée pour tester leur nouvelle application mobile, dans le cadre d’une démarche UX mobile (user experience on mobile) où plusieurs testeurs aux profils variés avaient comme moi pu découvrir cette appli, voire même tester le drone en réel comme ici avec Presse Citron.

Définir une stratégie de contenu et de diffusion

Attention toutefois, si le blog est idéal pour poster des articles et présenter la vie de l’entreprise, la ligne éditoriale doit être claire, mentionnant les thématiques traitées. Ne pas confondre « Actualités » et « Blog » : blog d’expert ou blog d’entreprise, il faut clarifier le positionnement.

Mon conseil pour Hexo+ : définir une stratégie de contenu en dissociant la vie de l’entreprise et son actualité, que l’on retrouvera notamment sur les réseaux sociaux, des billets du blog qui seraient alors orientés uniquement sur le produit : évolution technologique, innovation du secteur, tests utilisateurs, etc.

Créer des articles sur le blog en les découpant par thématiques comme l’exemple de Human Vision serait pertinent pour les diffuser sur les réseaux sociaux, au travers d’une stratégie digitale différenciée. Tweeter une section de l’article sur la thématique #followmedrones serait plus impactant pour toucher cette cible, au même titre que de tweeter la section #UXmobile qui ne viserait pas les mêmes communautés.

IMG_6753

Test de l’appli mobile Hexo+ le 10/07/2015

Vous l’aurez compris, créer du contenu requiert une véritable stratégie éditoriale, mais la stratégie de diffusion au travers de l’envoi d’une newsletter ou via les réseaux sociaux est toute aussi importante. Proposer du contenu de qualité oui, le diffuser de manière ciblée en adoptant une mécanique différenciée s’avère être plus gagnante !

Nouveau concept éphémère à Strasbourg : découvrez « La Bulle », pop-up store gourmand

Envie de vivre une pause fraîcheur ? Laissez-vous tenter par le premier restaurant éphémère bio à Strasbourg, qui dévoilera son concept aux blogueurs et à la presse ce mercredi 1er juillet, puis accueillera ses premiers convives le jeudi 2 juillet à 20h.

11401250_846575382086095_6774754457564482934_n

Découvrez La Bulle à Strasbourg, restaurant bio éphémère

Si le magasin Biocoop Strasbourg n’en est pas à son premier coup d’essai en termes d’opérations marketing innovantes (rappelez-vous l’opération street marketing « Pommes » pour ses 1 an), cette épicerie moderne implantée au Quai des Halles propose régulièrement des concepts gourmands pour dynamiser sa communication, et nous, on aime ça !

On connaissait les pop up stores « traditionnels », désormais Strasbourg aura droit durant 4 jeudis du mois de Juillet à son pop up store gourmand (comprenez restaurant éphémère).

La Bulle Strasbourg : un instant culinaire aux saveurs estivales

Le magasin Biocoop Strasbourg vous donne désormais rendez-vous les jeudis 2, 9, 16 et 23 juillet pour découvrir un menu pétillant, concocté par les designers culinaires Sonia & Olivier.

P6165888

Création culinaire originale made by Sonia & Olivier

Le concept ? Proposer une cuisine moderne en mettant en scène les produits bio du magasin. La boutique se transforme le temps d’une soirée en restaurant à la décoration épurée et légère, proposant un menu unique à 40€ comprenant un cocktail et mises en bouches, une entrée, un plat, un dessert, du fromage, un thé ou café. Pour offrir un instant hors du temps de qualité, seuls 25 convives par soirée auront la chance de goûter à ces bulles vitaminées. Et pourquoi pas réserver vos places dès maintenant ? Pour réserver votre table en ligne, cliquez ici.

11026797_851437328266567_701180181714661744_n

Un menu gourmand à découvrir 4 jeudis en Juillet

Un concept marketing digital bien mené

Outre la communication traditionnelle, comme les cartes de visite déposées dans tous les bars tendances, galeries d’art, lieux culturels et autres concept stores, l’agence Rédactionn’elle en charge de la stratégie de Biocoop Strasbourg, a misé sur un dispositif digital en mixant proximité et partage.

Pour accompagner le lancement de concept, impossible de passer à côté de l’incontournable apéro blogueurs, où les fooders et fans de bons plans pourront découvrir un aperçu du menu estival sous forme de cocktail dînatoire. Sur les réseaux sociaux, une page Facebook a été créée, avec plus de 300 fans en seulement 3 jours, c’est dire le bon accueil des Strasbourgeois, connus pour leur côté épicurien et curieux. Instagram n’a pas été mis de côté, bien au contraire, et on attend avec impatience les premières photos des blogueurs invités, mais aussi des premiers clients du restaurant éphémère. Pour suivre l’événement tout au long de l’été, suivez le fil #labullestrasbourg, notamment sur Twitter.

Enfin, un site Internet « éphémère » a également été mis en ligne, sur lequel vous pouvez découvrir le menu proposé par les designers culinaires Sonia & Olivier, et bien sûr réserver votre table.

N’habitant désormais plus à Strasbourg, je compte sur mes amis blogueurs pour partager sur les réseaux les photos de l’événement qui leur sera dédié demain soir ! A bon entendeur Blog Kapoué, Isa Feuille de Choux, Réjane Foodforlove ! 😉

Et vous, êtes-vous tentés par cette parenthèse bullesque ? 😉

Initiatives FrenchTech Alsace : retour en détails sur le Festival Bizz&Buzz et Hacking Health Camp

Ce n’est un secret pour personne dans le Grand Est, l’Alsace est en campagne pour le label FrenchTech, et se donne tous les moyens pour y parvenir. Son objectif comme elle le dit elle-même : rejoindre « l’équipe de France des écosystèmes numériques ». Pour cela, une mobilisation générale des acteurs du numérique en Alsace a permis de créer ou d’accompagner des initiatives auxquelles j’ai pu participer, de près ou de loin. Retour sur l’agenda numérique du mois de Mars : le festival du numérique Bizz&Buzz et le Hacking Health Camp.

Festival du numérique Bizz&Buzz du 17 au 19 Mars 2015

Avec un programme dense en conférences gratuites sur plusieurs grandes scènes alsaciennes, le Festival du numérique Bizz&Buzz se veut être le rendez-vous incontournable des professionnels pour découvrir et partager ensemble les bonnes pratiques.

Pour accompagner son dispositif digital, Bizz&Buzz a mis en place un blog dédié à l’événement, surtout en phase amont, pour promouvoir son contenu et ses speakers. Une excellente initiative de stratégie de contenu pour créer de la viralité en amont de l’événement. Bien entendu, les réseaux sociaux ont été investis durant 3 jours par le hashtag #bzbalsace, pour permettre de vivre en direct l’événement ou le revivre, grâce au livetweet notamment.

Un très bon relais également des programmes de la journée via leur Page Facebook, avec de nombreuses photos partagées par les participants. Le temps fort de l’événement a été la soirée de Gala au Biocluster des Haras, auquel j’ai pu participer, qui redonnait son sens à l’accompagnement de la scène startup en leur mettant à disposition des infrastructures et des moyens pour réussir.

Bon, je ne vous cache pas que j’ai été néanmoins quelque peu déçue du programme, où je pensais assister à des témoignages d’innovateurs… Ce n’était au final ni plus ni moins qu’un afterwork de professionnels du numérique. Pas de témoignages donc, mais un défilé de maillots de bains connectés via des puces RFID, présenté par Marie Spinalli.

10369986_607414226059721_2986173716444711562_n

Hacking Health Camp du 19 au 22 Mars 2015

Pour ceux qui lisent mon blog régulièrement, vous connaissez désormais mon attachement à suivre les nouvelles startups, et mon malin plaisir à assister aux soirées Démonight à la Plage Digitale à Strasbourg.

Egalement porté par tous les acteurs du numérique en Alsace, le Hacking Health Camp s’est doté d’un réel dispositif digital pour accompagner son événement, mais soyons honnêtes, nous n’en n’attendions pas moins, n’est-ce pas ? Outre son site web plutôt agréable à parcourir, on découvre une fois encore un blog dédié, intitulé « Innovation in action ». On retrouve quelques billets postés en amont de l’événement.

A l’instar de son cousin Bizz&Buzz de la famille des initiatives de la French Tech Alsace, Hacking Health Camp a été suivi par de nombreux twittos, comme le démontre le livetweet #hhcamp

Respectant mes habitudes, j’ai bien entendu assister au Health Pitch Challenge, dérivé de la démonight pour le domaine de la e-santé. Plus de 11 startups venues pitcher leur concept depuis l’Italie, la Suisse, l’Allemagne, c’est dire la portée européenne de l’événement. Sans vous faire un retour complet des projets présentés, je vous propose néanmoins ma sélection de startups qui ont gagné mon coup de coeur :

#1 : Braci – smart ear

Braci est une application créée pour prévenir les malentendants des dangers immédiats, souvent domestiques, tels que l’alarme incendie ou encore un bébé qui pleure. L’appli smartphone, smart watch est déjà opérationnelle, reste à convaincre désormais les entreprises et industriels (notamment dans le secteur de l’hôtellerie-restauration) du bien fondé de cette initiative.

#2 : InSimo : Innovative Software for Biomedical Simulation

Véritable révolution dans les techniques d’apprentissage, désormais les praticiens peuvent s’entraîner via une simulation qui utilise la réalité virtuelle, comme leur démonstration sur ce pauvre Bobby l’a démontré. En savoir plus sur InSimo

#3 : Pharmao

J’ai bien entendu eu un coup de coeur pour la solution de drive proposée par Pharmao ! Assez de courir partout, le drive est entré dans les comportements d’achat actuels, et j’espère que ce projet rencontrera le succès qu’il mérite. Néanmoins, il ne faut pas oublier que les officines sont très difficiles envers les outils numériques, gageons que Pharmao saura les « éduquer » !

#4 : Sant.ee

Le moment drôle de la soirée ! Sant.ee, c’est l’application qui va vous mettre en quarantaine ! L’application analyse les données de ses membres, en particulier leur état de santé actuel. Un rhume, une angine ? Vous serez mis en zone rouge ! 😉 L’application se veut en effet un outil d’analyse prédictive des maladies contagieuses, pour prévenir des éventuelles zones épidémiques.

Pour conclure sur le Hacking Health Camp, je vous invite à participer demain soir à la finale du Hackathon, également dérivé du concept des startup weekends.

Du digital oui, mais pas assez de contenu !

J’ai été ravie de découvrir des dispositifs digitaux complets, qui au final étaient plus qu’attendus ! Oui les partenaires et animations étaient au rendez-vous durant ces deux événements alsaciens, mais qu’en est-il du contenu ? Comment capitaliser sur les temps forts qui auront marqué durant une semaine l’économie numérique ?

Je regrette en effet l’absence d’articles sur les blogs dédiés à ces initiatives : le visuel sur les réseaux sociaux oui, le contenu sur le blog aussi ! Et pourquoi pas faire appel à un pôle de rédacteurs pour animer ces blogs durant les événements ? Une belle manière de poursuivre la discussion et les échanges, vous ne pensez pas ? Et pourquoi pas donner la parole aux partenaires et conférenciers, une sorte de tribune post-conférence ?

Il serait dommage de ne pas aller plus loin dans la démarche, dans la volonté de faire du bruit… En attendant, il y en a un qui a très bien su proposer ce concept, en incitant les participants aux conférences de continuer les échanges autour d’un repas, il s’agit de MyBusyMeal avec son concept du BusyMeal du numérique, petit frère de l’ancien réseau Work’n meet. Restez connectés, je vous en dirai plus très prochainement ! 😉

Créer un blog pour gagner en visibilité : quelle stratégie adopter ? L’étude de cas « Un blog, une fille »

Capture d’écran 2015-03-17 à 13.24.13

Après un mois entier passé à Grenoble pour travailler auprès de mes clients et donner des cours aux étudiants de l’IUT2 Tech de Co, qui explique aussi la pause prise sur le blog (et je m’en excuse), je prends enfin le temps de vous raconter ma rencontre avec Noémi Martinelli, fondatrice de « Un blog, une fille », que j’avais déjà présenté précédemment pour illustrer mon dossier « Ces blogueurs qui ont créé leur entreprise ».

En février dernier, j’ai donc eu le plaisir d’échanger avec Noémi autour d’un verre, et lui poser de nombreuses questions au sujet de sa stratégie de blogging, de développement webmarketing, et de ses futurs projets. « Un blog, une fille » est un site que j’ai plaisir à suivre, à la fois pour son contenu mais plus particulièrement pour la stratégie de visibilité mise en place. C’est donc naturellement que je me suis demandée « et pourquoi pas rencontrer Noémi ? » pour traiter mon sujet : quelle stratégie mettre en place lorsque l’on souhaite lancer son blog ?

Capture d’écran 2015-03-17 à 13.24.13

Découvrez tous les conseils blogging sur http://un-blog-une-fille.com

L’écosystème web de Noémi : Les Mondaines, Un blog une fille, La Pipelette

Noémi Martinelli a démarré son aventure web avec le lancement en février 2012 de son premier blog, Les Mondaines, qu’elle a fondé avec Mary, experte en communication. « J’ai mûri l’idée durant 18 mois avant le lancement, je n’avais pas envie de démarrer seule cette aventure, je souhaitais la partager. Je n’y connaissais absolument rien, je suis une pure autodidacte du web. Surtout, ne me parlez pas de technique ! »
Très rapidement, le blog des bons plans à Grenoble prend de l’ampleur, à tel point que l’équipe se compose de 10 rédactrices.

« J’ai eu beaucoup de demandes liées à la création et au développement du blog. Des questions émanant plutôt du terrain. J’ai compris qu’il y avait une réelle demande : comment créer et propulser son blog ? Le projet Un blog, une fille est ainsi né. De septembre 2012 à Juin 2013, j’ai préparé son lancement. Cette fois-ci, c’est un projet que je voulais porter seule. »

Définir le positionnement de son blog

Comme tout projet marketing en phase de lancement, il est indispensable de définir la stratégie :

  • Quelle(s) cible(s) je souhaite toucher ?
  • Quelle vision et quels objectifs je souhaite donner à mon blog ?
  • Et enfin, quel positionnement donner au blog ?
  • Est-ce un blog d’expert ? Un blog d’entreprise ? Un blog perso ?

« Quel que soit la thématique traitée sur votre blog, il faut définir un positionnement de niche et pouvoir apporter une véritable valeur ajoutée. Pour ma part, je souhaitais démocratiser le blogging, le rendre accessible à toutes les personnes souhaitant se lancer dans l’aventure web. Au début, je me suis heurtée à quelques blogueuses mécontentes, mais il faut toujours se dire qu’il y a de la place pour tout le monde. Pour se différencier, il faut avant tout trouver son style, sa niche, et garder cette ligne directrice.« 

Donner pour recevoir : créer le besoin d’aller plus loin

Lancé en Juin 2013, Un blog, une fille propose des contenus variés sur la thématique du blogging : articles, portraits, vidéos, tutos. « J’ai créé le contenu que j’aurais aimé trouver lorsque j’ai démarré. Je me suis beaucoup investie pour proposer du contenu de qualité, pour donner de la légitimité à mon blog. »

1-mois

Découvrez les formations d’Un Blog, Une Fille

Après 18 mois de mise en ligne, à développer et fidéliser son lectorat, Noémi décide de lancer début Décembre 2014 des formations avec des vidéos en ligne, au tarif attractif  de 247€. Le succès est au rendez-vous, en seulement 3 mois, le blog enregistre plus de 30 achats en ligne, soit plus de 8 000€ ! 

Noémi a su proposer du contenu à un public cible bien identifié, auprès de qui elle a su démontrer son savoir-faire et son expérience. Reconnue et visible, la seconde étape de son développement était déjà très attendue : elle a tout simplement su créer le besoin.

Une démarche devenue entièrement professionnelle

En parallèle du lancement d’Un blog, une fille, Noémi lance son agence La Pipelette, à la demande des entreprises de type TPE/PME, qui souhaitent lui confier leur stratégie webmarketing. Elle s’associe alors à Claire, une ex-Mondaine, spécialisée en stratégie web, et crée l’agence en Mai 2013.

Pour aller plus loin avec son blog, elle décide également de créer la SARL 1B1F pour la gestion de son activité de formation et de coaching.

Capture d’écran 2015-03-17 à 13.25.33

La Blog Box de Noémi

SI aujourd’hui son agence occupe 40% de son temps, les 60% restants sont dédiés à son blog. « Dès le début j’avais un objectif clairement défini : pouvoir me dégager un salaire de mes activités, et bénéficier d’un véhicule de fonction. C’est chose faite. Evidemment, je rêve d’un idéal où je pourrai un jour atteindre l’autonomie financière grâce aux revenus passifs de mes vidéos. »

Faire évoluer ses objectifs, se remettre en question : l’ambition, véritable moteur

Après plus de 3 ans passés à travailler sur différents projets, Noémi est aujourd’hui en phase de réflexion sur ses ambitions. Une proposition des éditions Eyrolles lui a notamment été soumise.

« Ma vie ne se résume pas à mon blog. Mes ambitions évoluent avec mes aspirations : aujourd’hui je suis beaucoup plus sensible et à l’écoute de ce que cette aventure m’a apporté au niveau humain, en termes de développement personnel et d’épanouissement. J’ai besoin de fonctionner au feeling : mon coeur est à mon agence et à mon associée, mon envie de partager est à mon blog. Demain, je continuerai à fonctionner ainsi. »

L’avis de BeWhy : avant même de pousser la porte du café, je savais que j’allais être bluffée. Suivre Noémi sur ses réseaux est une véritable gymnastique, je l’admire pour tout ce qu’elle a entrepris et pour le succès qu’elle rencontre. Elle est la preuve même qu’il faut se dépenser sans compter pour parvenir à ses objectifs. Mais rien n’arrive sans réflexion : il faut avant tout mettre une stratégie en place, et suivre sa ligne de conduite. Il faut savoir se remettre en question, écouter les critiques constructives, et avancer.

Je ne cesse de vous marteler de messages en mettant en avant l’importance de se différencier au travers de contenus : grâce à un dispositif d’inbound marketing, avec en particulier la création d’un blog, vous pourrez aider votre entreprise à gagner en visibilité, mais surtout à démontrer votre valeur ajoutée. Le blog est avant tout une manière d’humaniser une relation, bien qu’elle soit virtuelle. Une entreprise doit donner de son savoir pour être reconnue et légitime auprès de ses publics.

Et pourquoi pas suivre les conseils de Noémi ?

  • Définir une stratégie : objectifs, cibles et positionnement
  • Proposer du contenu qualitatif vis-à-vis de la cible identifiée
  • Rester proactif et à l’écoute des besoins de votre lectorat

Et vous, quelle stratégie de blogging aimeriez-vous mettre en place ou avez-vous adoptée ?

Publicité sur Internet : le display joue la carte de la proximité auprès des éditeurs et des annonceurs

Dans le monde de la publicité digitale, il existe différentes options stratégiques pour un annonceur souhaitant développer sa visibilité sur le web. Parmi elles, nous connaissons tous plus ou moins bien les formats display, c’est-à-dire les bannières publicitaires, au format texte, image et vidéo. Ce dernier format est par ailleurs à l’origine de la « reconfiguration » du marché du display, qui a connu une tendance à la baisse des investissements publicitaires sur le support « desktop », mais qui connaît une progression constante sur le mobile.

Tandis que les investissements publicitaires sont à la baisse (-3% selon une étude de l’IREP), les médias numériques sont quant à eux en progression, en particulier le mobile et le search.

Le display du point de vue des éditeurs de site

La plupart des sites proposant des espaces publicitaires sont essentiellement des webzines, des sites de la presse, des comparateurs de prix, et bien évidemment des blogueurs qui ont décidé de monétiser leur site.

Les « gros éditeurs » préfèreront passer par une régie publicitaire, tandis que d’autres préfèreront trouver une plateforme où ils pourront garder la totale maîtrise de leurs espaces publicitaires. Ces plateformes proposent avant tout une offre basée sur la transparence, tant pour les éditeurs que pour les annonceurs. Mais dans chaque cas, l’un comme l’autre souhaitera bénéficier de services de suivi de leurs campagnes, d’un outil de gestion simple des espaces publicitaires, et d’un système de paiement rapide et clair.

L’une des régies les plus connues reste celle de Google AdSense, mais qui au final est souvent décriée pour son manque de pertinence en terme de ciblage.

« 1 mois après la mise en ligne du blog, j’étais passé sous AdSense pour tester un peu le service mais je savais déjà que les publicités Google allaient être temporaires », confie Vivien du blog Pokaa à Strasbourg, dédié à l’actualité et aux bons plans locaux.

Google AdSense : des publicités parfois non maîtrisées et peu génératrices de revenus

« Les publicités ne correspondaient pas vraiment à l’idée du blog très local que nous voulions. Nos lecteurs sont pour la majorité des gens informés du web et des ses outils, avec une grande majorité d’Adblock installés, les pubs Adsense étaient encore moins visibles. Pour couronner le tout, durant quelques semaines, des pages 404 s’affichaient régulièrement sur le site à cause de certaines publicités dont le code n’était pas à jour. J’ai supprimé tous les espaces publicitaires du site. Financièrement, nous n’avons pas franchi la limite des 70€, donc nous avons tiré aucun bénéfice durant ces quelques mois », poursuit-il.

Une place de marché publicitaire aux critères mieux définis : le cas Square Link

Logo-Square-Link

Square Link, solution de publicité sur Internet

 

Nous vous avions déjà présenté notre coup de coeur lors de la dernière soirée DémoNight à Strasbourg, où nous avions rencontré les fondateurs de Square Link, la place de marché publicitaire entre annonceurs et éditeurs.

Après plusieurs mois de lancement, nous avons souhaité analyser leur développement, et surtout recueillir les impressions des utilisateurs. A l’heure où nous rédigeons cet article, Square Link compte plus de 20 éditeurs de sites, petits et grands.

SquareLink_MarketPLace

http://www.square-link.com, place de marché publicitaire

Avec Square Link, le ciblage est de mise pour une optimisation des campagnes

Chaque éditeur de site peut s’inscrire gratuitement sur la plateforme, renseigner sa fiche de site web, et proposer ses emplacements publicitaires.

« Leurs services correspondent parfaitement à ce que nous recherchions : quelque chose de local où le site sera compris dans son ensemble par l’annonceur, on ne se contente pas d’un nombre de pages vues mais également d’une thématique et du public touché. La publicité se doit d’être adaptée aux internautes », explique Vivien du blog Pokaa.fr.

En effet, la fiche détaillée d’un site web permet de préciser les thématiques abordées sur le site, et bien entendu les statistiques, parmi lesquelles : nombre de pages vues, nombre de visiteurs, classement Alexa Rank.

SquareLink_Pokaa

Fiche détaillée du blog Pokaa sur Square Link

Ciblage d’audience, mais aussi ciblage d’annonceurs !

Si l’on peut constater des CPM (coût pour mille impressions) très variés en fonction des sites, cela peut se justifier auprès de l’annonceur par une audience ciblée, connue, et qui sera sans doute plus à l’écoute des publicités.

Mais le ciblage ne s’arrête pas uniquement côté annonceur, mais également côté éditeur. Afin d’assurer une cohérence de la charte éditoriale, le blog ou autre éditeur de site a la possibilité de valider ou non les demandes d’annonceurs. Ainsi, s’il estime que la publicité ne répond pas aux attentes de son audience, il pourra dès lors décliner la demande.

SquareLink_Demandes

Pouvoir sélectionner ses annonceurs, c’est possible sur Square Link

Définir en amont une stratégie de monétisation cohérente (update du 09/02/2015)

« Notre objectif est de progresser sur la monétisation de nos espaces publicitaires. Nous souhaitons optimiser nos revenus tout en ne polluant pas nos lecteurs en mettant trop d’espaces publicitaires. L’équilibre entre nombre d’espaces, emplacements et confort de visionnage est difficile à trouver, il faut faire des tests et être à l’écoute de nos lecteurs », nous confie Sébastien, chargé des relations partenaires de So Busy Girls.

Square Link : la plateforme publicitaire s’enrichit

Avec une vingtaine d’éditeurs présents sur la plateforme, Square Link souhaite avant tout poursuivre le référencement de sites avant d’attaquer la démarche auprès des annonceurs.

« Voilà maintenant 2 semaines que Pokaa est inscrit sur Square Link. Pour le moment, nous n’avons pas encore eu de retour, mais nous savons que la société est jeune et que dans un premier temps, Jules et Wassim se concentrent sur un catalogue d’éditeurs web à proposer. Ensuite suivront les annonceurs. Chaque chose en son temps. Mais avec une plate-forme aussi simple à prendre en main, Square Link devrait avoir de beaux jours devant lui » conclut Vivien Latuner.

Même discours du côté des blogs plus influents, où Sébastien nous confie à son tour : « J’ai découvert Square-Link suite à une campagne emailing qui m’a convaincu. J’ai trouvé le concept génial ! Le fait de pouvoir facilement gérer les campagnes publicitaires sans passer par une régie qui impose tout. 
On peut également vendre directement nos espaces aux annonceurs et définir nos prix, deux autres raisons de les avoir choisis. De plus, l’installation est très simple, j’ai pu m’inscrire et intégrer l’outil très rapidement. Et enfin, la disponibilité de l’équipe technique et commerciale est très appréciable 🙂« . (update du 09/02/2015)

SquareLink_SoBusyGirls

Le webzine SobusyGirls.fr rejoint la plateforme Square Link

Le display vu du côté des annonceurs

S’il apparaît évident pour des raisons de transparence, de simplification de gestion et de ciblage, que les éditeurs de site continuent à monétiser leur site via le display, les dépenses côté annonceurs se poursuivent, mais s’orientent désormais vers le display mobile.

Selon le Journal du Net, le display continue de capter 42% des annonceurs plurimédias, avec en tête le secteur de la Banque-Assurance.

Pour garantir un niveau de revenus récurrent, les éditeurs de site ont donc tout intérêt à proposer rapidement des espaces publicitaires compatibles avec des formats vidéos, nécessitant une optimisation de la bande-passante pour des fichiers plus volumineux.

Les solutions de tracking et d’analyse de campagnes sont bien entendu indispensables aux annonceurs pour mesurer le ROI.

Bien que le display ait encore de beaux jours devant lui, l’affiliation reste néanmoins l’option choisie par beaucoup d’annonceurs, qui préfèrent construire un véritable réseau de partenaires affiliés, sources de contacts qualifiés à des coûts maîtrisés. Toutefois, animer un programme d’affiliation est bien plus chronophage que gérer des campagnes display.

Conclusion : une stratégie de publicité digitale doit avant tout être plurimédias, idéalement multidevices. Elle doit répondre aux objectifs et aux ressources de l’annonceur. C’est la raison pour laquelle on retrouve plus facilement de grandes marques sur des plateformes d’affiliation, qui ont la capacité à la fois financière et humaine à gérer ce genre de programme.

Pour les annonceurs de taille plus modeste, mais aussi aux compétences web internes limitées, le display ciblé reste une solution efficace et rapide à mettre en oeuvre.

Notre avis sur la plateforme Square Link

N’ayant pas encore mis en place d’espaces publicitaires sur le blog, nous avons toutefois créé un compte gratuitement, nous permettant d’être à la fois éditeur de site et proposer des emplacements publicitaires, mais pourquoi pas, d’être également annonceur.

Ce qu’on apprécie : 

Les points d’amélioration :

  • La possibilité pour les sites ayant une version mobile, de proposer des emplacements
  • Développer la visibilité du service auprès des annonceurs, pour démarrer les transactions

En savoir plus sur Square Link :

C’est promis, avec un projet de refonte du blog à venir très prochainement, nous ne manquerons pas de publier un nouvel article sur les résultats de notre stratégie de monétisation. Et vous, quelle plateforme publicitaire utilisez-vous ? Seriez-vous tentés par le service Square Link ? Que vous soyez éditeur ou annonceur, n’hésitez pas à nous déposer vos avis en commentaires !

Optimisez votre stratégie webmarketing ! Découvrez ma sélection de blogs à suivre

Vous aimez connaître les tendances marketing de fond, en particulier celles dédiées à l’inbound marketing ou à la stratégie de contenu ? Voici ma sélection de sites et/ou blogs spécialisés dans ces domaines, que je vous recommande les yeux fermés. Il s’agit souvent d’agences marketing qui me servent de références, voire pour certaines de modèles à suivre. Alors je n’hésite pas à dévorer leurs articles, et pourquoi pas quand l’occasion se présente, leurs livres blancs.

La référence pour moi en Inbound Marketing : l’agence 1min30

Dans l’un de mes précédents articles intitulé « Et si 2015 était l’année de votre premier livre blanc », je vous présentais déjà l’agence de Gabriel Dabi-Schwebel, créée en 2012. Je trouve que sa vision de l’entreprise comme étant un média à part entière, avec une audience à convertir en clientèle, est simplement pleine de bon sens. Avec de très belles références parmi lesquelles l’opérateur Orange, l’éditeur de solutions IT Oracle, l’agence spécialisée en inbound marketing applique clairement ses conseils, puisqu’elle propose des contenus riches et variés, tels que des livres blancs, des vidéos, des articles de blog. Au total, ce sont plus d’une cinquantaine de ressources disponibles en téléchargement sur leur site. Pour ne rien vous cacher, j’ai pratiquement téléchargé la plupart des livres blancs publiés (mais pas encore tout lu !), et j’apprécie particulièrement de recevoir leur newsletter. Donc pour conclure, je vous recommande fortement de consulter leur site, de dévorer leurs publications, pour comprendre les techniques et appliquer les conseils dédiés au marketing relationnel, à la stratégie de contenu, au social marketing, … Je vous invite à découvrir la vidéo « L’inbound marketing expliqué par 1min30 » :

Des questions concernant le métier de CM ? Pas de panique, il y a My Community Manager

A l’origine de ce blogzine, il y a deux passionnés de la blogosphère et des médias sociaux, qui en ont fait leur métier. Djivan Minassian dirige son agence de community management, et Ibrahim-Yves Amblard, spécialisé en WordPress.

Le site My Community Manager s’adresse à tous les professionnels désireux d’optimiser leur communication sur le web. Avec 25 auteurs au sein de la rédaction, le site propose des conseils pour améliorer sa visibilité sur le web, améliorer l’engagement de ses communautés, ou encore leur vision du métier de CM et ses perspectives. Ce que j’aime le plus sur My Community Manager, ce sont les rubriques boîte à outils et études de cas. Cette dernière m’est particulièrement utile pour mes interventions auprès des étudiants. Chaque article est vraiment traité avec une analyse complète, avec des illustrations pour étayer les propos: au final, des contenus à très forte valeur ajoutée. Petit bémol peut-être : il manque des contenus vidéos, de type tuto dans la boîte à outils.

Les conseils des Filles du Marketing

Je suis les Filles du Marketing, le blog de l’agence My Marketing Manager, essentiellement via leur page Facebook. Ici, ce sont plutôt des conseils stratégiques, sans doute pas assez poussés à mon goût, mais le choix des sujets me plaît et attise ma curiosité. Il suffit parfois de lire certains des articles pour se rebooster, et ouvrir de nouvelles perspectives à sa stratégie marketing. Heureusement, il m’arrive de découvrir beaucoup d’outils grâce à leur blog, comme par exemple dans cette vidéo dédiée à la création  facile de visuels pour les réseaux sociaux :

Pas d’optimisation web sans parler de référencement !

Bon alors ici, effectivement, un choix très subjectif puisqu’il s’agit du blog de l’agence Pullseo, spécialisée en référencement web et basée à Strasbourg. Certes mon cher co-animateur de la webradio Episeg, le dénommé Thomas Leonetti, est l’un des membres de l’équipe, et du coup cela m’incite plus à lire les articles. Néanmoins, leur autorité dans le domaine est parfaitement légitime, puisque le blog Pullseo se classe parmi le top 15 des blogs SEO les plus influents selon Teads Labs (anciennement e-buzzing).

34306_406137834423_2856793_n

Agence Pullseo, spécialisée en référencement web

Une fois encore, on retrouve des articles de fond, des tendances, des conseils dans le domaine du SEO, mais également dans l’ensemble de la stratégie digitale, avec un point d’honneur sur la stratégie de contenu. Avec un ton plutôt décontracté, une plume bien maîtrisée et surtout une expertise reconnue, les articles sont plaisants à lire, avec toujours une touche d’humour. Pour exemple, le blogueur procrastinateur prend ici une belle leçon dans cet article intitulé « 10 fausses raisons pour ne pas rédiger sur son blog ». Bien entendu, cette sélection de blogs vient compléter la liste des incontournables, tels que Emarketinglicious, Webmarketing&com, Frenchweb, et bien d’autres encore. Et vous, quels sont vos blogs marketing favoris ?

Pourquoi développer une relation blogueurs ? Petit manifeste d’une blogueuse pour les agences RP et les marques

Malgré la jeunesse de ce blog et les articles orientés B2B, je dois reconnaître qu’il m’arrive de recevoir très régulièrement des communiqués de presse d’agences RP ou d’annonceurs. A première vue, je peux déjà les féliciter d’avoir intégré les blogueurs dans leur stratégie, car comme nous l’avons déjà vu dans un article précédent, les agences ont parfois du mal à prendre le virage RP 2.0.

Et si certaines agences l’ont bien compris en proposant des formats originaux, comme des événements dédiés aux blogueurs, force est de constater que la plupart des contacts reçus peinent à nouer une réelle relation avec le blogueur. Ce nouvel article vise donc à rappeler l’intérêt d’intégrer des blogueurs dans une stratégie d’influence, mais également à proposer des best practices pour toucher le blogueur.

Pourquoi intégrer des blogueurs dans une stratégie d’influence ?

Pour rappel, le blog présente plusieurs avantages lorsque l’on souhaite développer une communauté et surtout gagner en visibilité auprès de sa cible :

  • il permet de communiquer directement avec un public ciblé et qualifié
  • il permet d’affirmer son expertise sur son secteur d’activité
  • il favorise l’engagement de la communauté
  • il  alimente la stratégie de contenus
  • il permet de développer un nouveau partenariat
  • il aide à optimiser le référencement naturel de l’entreprise

Un blog doit permettre de placer du contenu difficilement intégrable à un site Internet vitrine, un communiqué de presse, etc. Contrairement au journaliste, un blogueur affirme son opinion, et propose ainsi une vision subjective. Sa force de recommandation, son degré d’influence et son réseau étendu sont ses principaux atouts.

Les blogs ont ainsi une influence insoupçonnée : ils  l’emportent sur tous les autres canaux numériques, y compris les réseaux sociaux, en raison de leur perception positive auprès des consommateurs en termes de confiance, de popularité et d’influence.

Quels sont les objectifs d’une relation blogueurs ?

  • Un avis d’expert : obtenir des recommandations et conseils   d’amélioration de vos produits
  • La viralité : on souhaite toucher l’ensemble de la communauté du   blogueur
  • Notoriété et référencement : on souhaite optimiser le référencement naturel grâce à des mots-clés et liens pointant vers le site web de la marque

Un blog a pour objectif de développer l’image de marque, de lui donner un capital « sympathie ». Il permet de sortir du ton souvent trop « corporate ». Ne pas oublier : Le blog, un média d’influence sur le process d’achat.

Comment entrer en contact avec un blogueur et se différencier ?

Après avoir détecté les blogueurs en fonction de leur lectorat, qualité de site et niveau d’influence, vient le moment fatidique de prise de contact. Si beaucoup ne laissent pas leurs coordonnées, vous avez toutefois la possibilité de les contacter via leurs réseaux sociaux ou leur formulaire de contact. Même s’ils reçoivent énormément de messages, les blogueurs prennent toujours le temps de traiter les demandes liées à leur blog.

Encore une fois, nous retrouvons les 3 règles essentielles du digital : Valorisation, Intéractivité, Distinction.

Valorisation : connaître le blog et son auteur

Il est très important en amont d’une prise de contact, de prendre le temps d’analyser le blog en détails, de lire les commentaires, de connaître le style et le ton du blog. De la même manière qu’un commercial doit impérativement préparer un rendez-vous de prospection, le consultant RP ne doit pas négliger cette analyse. Cela se ressentira dans l’échange. Il ne faut jamais oublier qu’un blogueur n’est pas une entreprise, c’est une personne qui consacre beaucoup de temps au développement de son blog, et qui appréciera grandement la reconnaissance de son travail effectué.

Connaître l’identité du blogueur (son prénom ou pseudonyme par exemple) et sa localisation est également très important : je reçois beaucoup d’invitations pour des événements à Paris ou à Marseille… Euh… La preuve que les personnes n’ont pas pris le temps de lire mes articles car je me penche uniquement sur … (la suite à la fin de l’article)

Intéractivité : entrer dans sa communauté

Devenir fan de la page Facebook du blog, suivre le compte Twitter, autant d’actions qui vous feront remarquer auprès du blogueur. Il ne s’agit pas de feindre un intérêt soudain pour le blogueur, mais plutôt de montrer une réelle volonté de suivre son actualité, en vue pourquoi pas d’un futur partenariat ou autre action de communication.

Il ne faut pas hésiter non plus à laisser des commentaires sur des articles qui vous ont particulièrement plu, et pourquoi pas les partager en retour sur vos réseaux. Après tout, c’est bel et bien le principe même des réseaux sociaux, non ?

Distinction : valoriser le blogueur et le faire participer à vos actions

Demandez-lui un conseil d’expert pour l’un de vos articles, de participer à la création d’un contenu numérique (e-book, formation vidéo, etc.). Sur ce dernier axe, de nombreuses possibilités vous sont offertes, alors soyez créatifs !

Quelques techniques pour séduire un blogueur

Finalement, il s’agit bien ici de séduction ! Alors comment allez-vous « draguer » votre blogueur ? Voici quelques exemples d’opérations que vous pouvez mettre en place :

Blog seeding : échantillonnage en avant-première

Billets sponsorisés : proposer aux blogueurs d’être affiliés

Expérience inédite : invitation pour le lancement d’une nouvelle attraction, une session shopping offerte

Evénement dédié aux blogueurs :  proposer des apéros blogueurs, des rendez-vous découvertes, une activité ludique. Articles à lire à ce sujet : Soirées blogueurs, peuvent-elles valoir le coup ? et 10 conseils pour organiser un événement blogueurs.

Collectifs de blogueurs : Découvrir la team #1P10S

Blogueurs Ambassadeurs : exemple avec l’évènement #mafoireurop

IMG_4440

Rendez-vous découverte au Café Bretelles à lire sur http://unflodebonneschoses.fr/2014/06/le-cafe-bretelles-strasbourg/

Et vous les blogueurs ? Comment aimez-vous être séduits ? Qu’est-ce qui vous fait « craquer » ? Laissez vos anecdotes et commentaires ici ! Et pourquoi pas compiler les meilleures opérations blogueurs dans un livre blanc ?

Pour ceux et celles qui ont lu tout l’article, j’ai laissé une phrase en suspens. Je vous invite à répondre à cette question : Quelles sont mes 2 villes de prédilection sur ce blog ?

Pour tenter de gagner un lot de 6 coupes de champagne pour fêter l’été, répondez à la question sur la page Facebook du blog (avec un « j’aime » c’est mieux ! 🙂 ). Le gagnant sera tiré au sort parmi les bonnes réponses le 11/07/2014.

 

 

Professionnaliser ses compétences ou comment créer sa première entreprise

Il peut paraître évident de vouloir mettre en valeur ses compétences de manière professionnelle, mais le faisons-nous réellement ? Prenons l’exemple de passionnés de photographie, deviennent-ils tous des photographes professionnels ? Moi-même passionnée de cuisine, je n’ai pas emballé mes couteaux pour partir en école de cuisine ! Alors existe-t-il un déclic, des freins que l’on peut soulever ?

Ces blogueuses devenues chefs d’entreprise

Un exemple qui parlera sans doute à beaucoup de personnes : tenir un blog et augmenter sa visibilité demandent des compétences web, que l’on possède déjà ou que l’on acquière au fil du temps. Ainsi, la rédaction web et le référencement, les campagnes sur les réseaux sociaux n’ont plus aucun secret pour les blogueurs. Alors certaines ont eu la bonne idée de se dire un jour : et pourquoi je ne mettrai pas à profit mon savoir-faire pour des entreprises ou des particuliers ?

C’est tout simplement comme ça qu’Isabel de Feuilles de Choux a lancé son agence FDC Communication, au départ positionnée sur les commerces food. Son credo :  accompagner les e-shops food à développer leur CA grâce à une stratégie webmarketing efficace, intégrant les réseaux sociaux bien entendu. De la même manière, Noémi du blog Les Mondaines a lancé en 2013 son agence de communication La Pipelette à Grenoble. Une fois encore, elle propose ses compétences en publicité, création web et réseaux sociaux. Bien évidemment, les deux agences comptent désormais un blog dédié ! 🙂

Logo-La-PipeletteD’un point de vue stratégique, rien de tel qu’être son propre beta-testeur ! Pouvoir montrer avec du concret, non pas sa première référence client, mais son premier succès, est un atout marketing indéniable. Quoi de mieux en effet que de présenter son propre cas d’étude : « mon blog atteint 20 000 visites/mois, j’ai plus de 3 000 fans sur Facebook, chaque opération m’a permis de développer l’engagement de ma communauté, etc. »
Autre argument infaillible : le blog peut alors servir de support de visibilité pour la marque, à l’instar d’autres blogs ciblés dans une campagne de notoriété.

Mais il n’y a pas que des créations d’agences de communication ! Le secteur de l’évènementiel n’est pas en reste. Les blogueuses mode et lifestyle ont tout autant l’esprit d’entreprendre. C’est le cas par exemple à Strasbourg avec Anne-Sophie Moussard du magazine Mode Inside, qui a organisé près de 70 évènements en 4 ans : salons de créateurs, défilés, shootings,… Et bien entendu les Webavardes, avec Isabelle du blog Strass et ballerines parmi l’équipe fondatrice.

J’ai un véritable savoir-faire : je le mets en avant !

J’organise des évènements comme personne !

Nul besoin d’être blogueuse pour avoir envie de créer son activité, il suffit simplement d’être passionnée pour se lancer. La preuve avec Emanouela qui a lancé son agence d’évènementiel, après s’être fait un nom dans le milieu de l’organisation de vide-dressing, avec Emmy vide son dressing.

J’ai l’œil aiguisé et une touche bien à moi !

Nombreuses sont les passionnées de décoration qui décident de se lancer dans l’activité de décoratrice d’intérieur. Après une formation courte (moins d’un an), il est possible de se lancer. Ici par contre, la décoration de sa propre maison risque de ne pas suffire pour vendre, une vraie réalisation sera requise pour séduire des clients !

Je cuisine comme un vrai chef !

L’activité de chef à domicile s’est largement développée ces dernières années, comme en atteste l’article paru dans le dossier Spécial de Capital en décembre dernier, intitulé « La folie des chefs à domicile ». Alors si la plupart sont regroupés en association ou en société, comme avec La Belle Assiette, les chefs à domicile sont parfois amateurs, devenus professionnels par l’expérience. En effet, le diplôme de cuisinier n’est pas obligatoire pour l’exercice de l’activité à domicile, mais recommandé.

Capital_ChefsADomicile

J’aime aider les gens à prendre soin d’eux

Esthéticienne, coach en image, coach nutritionniste : ces métiers sont à l’origine d’un engouement réel pour le bien-être. Si le métier d’esthéticienne nécessite un diplôme pour pouvoir être exercé, le métier de coach en image est avant tout une question de philosophie de vie et de mieux-être.

Une vraie mine d’or pour les organismes de formation

Finalement, beaucoup d’entre nous ont déjà pensé ou ont franchi le cap de professionnaliser ce qui était à l’origine une passion. De fait, les formations courtes dédiées à la reconversion, qu’elles soient physiques ou à distance, ont le vent en poupe ! Mais quoi qu’il en soit, il faut avoir l’envie d’entreprendre ! Et pour cela, il faut se fixer des objectifs à atteindre, un plan d’action et surtout, beaucoup de travail et de persévérance !

La clé du succès lorsque l’on veut professionnaliser sa passion ? Etre crédible, et cela passe naturellement par une démarche organisée et structurée, des expériences significatives et une stratégie bien définie.

Vous avez créé votre entreprise suite à votre blog ? Vous avez choisi de vivre de votre passion ? Partagez votre expérience !

%d blogueurs aiment cette page :