Archive | startup RSS for this section

Plein phare sur 2 solutions innovantes made in Rhône-Alpes

Il y a plus d’un mois, je participais à la matinée des Vitrines d’Excellence du Numérique en Rhône-Alpes au Press Club de France à Paris. Cette conférence de presse IT présentait 8 entreprises issues du bassin rhône-alpin, venues présenter leur solution innovante dédiée à la transformation digitale des entreprises et des organisations. Découvrez 2 solutions qui ont retenu mon attention parmi elles : CoPark, l’application de parking partagé, et Yseop, la solution qui donne du sens à vos données.

CoPark : le parking partagé qui vous rapporte de l’argent

Encore une nouvelle solution dédiée à l’économie collaborative, à la croisée entre un Airbnb et un Booking du parking, comme ils aiment se présenter. Créé il y a deux ans par Olivier LAURENT à Lyon, le concept du service repose sur un constat simple : l’engorgement des villes et les difficultés de stationnement pourraient être en partie résolus grâce à une solution de parking partagé.

Le principe ?

CoPark est une application proposant aux entreprises, collectivités et même des copropriétés de générer du revenu supplémentaire en mettant à disposition des places de stationnement durant leurs périodes creuses (le jour pour les copropriétés privées et la nuit pour les entreprises) auprès des particuliers.

Ainsi, CoPark répond à plusieurs enjeux :

  • exploiter les parking déserts en générant du revenu à leurs propriétaires,
  • faciliter l’accès à des stationnements supplémentaires aux automobilistes,
  • optimisation de l’espace en ville avec réduction des émissions de CO2

On connaissait déjà les solutions d’autopartage telles que OuiCar pour la location de véhicules entre particuliers, désormais, il y a CoPark.

Depuis le printemps 2016, la jeune startup a vu son projet pilote mis en place à Lyon, et de grandes entreprises telles que Veolia et ERDF se sont dites intéressées par le projet.

Comment ça marche ?

Dossier-de-presse-copark (1)

Le parking partagé avec CoPark

Découvrez le concept directement sur leur site ici.

Yseop, la solution qui donne du sens à vos données

Deuxième coup de coeur de cette présentation, la solution Yseop, qui permet d’exploiter vos données et d’expliquer les résultats de façon argumentée, à partir de la modélisation de vos processus métier.

Plus de 20 années de recherche autour de l’Intelligence Artificielle pour l’appliquer à la transformation digitale des processus métier et à la Business Intelligence, ont permis aux entreprises de bénéficier d’un service d’exploitation de données pour gagner en productivité. Créée en 2007, Yseop est une technologie française brevetée qui a su s’exporter aux Etats-Unis.

Le principe ?

Le logiciel transforme les données en texte intelligible et explique le raisonnement mené pour proposer des recommandations. Il rédige en temps réel et en plusieurs langues -français, anglais, espagnol et allemand- du contenu comme pourrait le faire un être humain mais à la vitesse de milliers de pages par seconde.

Imaginez seulement le gain de temps pour toutes les activités relationnelles en temps réel,  le marketing automation à son paroxysme : un service client ultra réactif et personnalisé, un service rédactionnel ultra rapide et synthétique, un service d’analyse data optimisé, …

Dossier-de-presse-yseop

Yseop, l’intelligence artificielle au service de la transformation digitale et de la Business Intelligence

Comment ça marche ?

La force de la solution réside dans la combinaison :

  • d’un moteur de règles qui raisonne (Intelligence Artificielle) ;
  • d’un composant de dialogue qui permet de collecter de l’information en temps réel auprès de l’utilisateur ou de guider ce dernier dans un processus métier ;
  • d’un générateur de texte en langage naturel qui exprime les conclusions

Face à la collecte de milliers d’informations, il devient aujourd’hui extrêmement difficile de les exploiter de manière efficace et pertinente, dans un délai imparti.

Je reconnais que la compilation de données en vue de la rédaction d’un article, d’un état de l’art d’un marché et de ses opportunités, serait facilitée par cette solution, déjà plébiscitée par plus de 35 000 utilisateurs dans le monde, qui ont produit avec Yseop plus de 120 000 rapports intelligents avec Yseop. Et pourquoi pas imaginer un assistant de rédaction piloté et automatisé pour défricher l’information ? L’humain doit-il encore réaliser cette tâche chronophage selon vous ?

Cette matinée de présentation m’a permis de découvrir de nouvelles solutions issues de ma région, de rencontrer les fondateurs tous autant passionnés les uns que les autres, et surtout, de soutenir Pulse Origin, l’une des startups que j’accompagne dans le cadre de mon activité de conseil marketing.

Pour découvrir les autres solutions présentées lors de cette matinée, je vous invite à suivre le compte @VitrineNum.

Et vous, que pensez-vous de ces solutions ? Les trouvez-vous innovantes ?

Retour sur l’ApéroPitch spécial crowdfunding au CoWork Grenoble

ApéroPitch Grenoble spécial Crowdfunding

Ceux qui me lisent régulièrement savent que j’apprécie particulièrement de participer aux afterworks dédiés aux mises en avant de startups, au travers de pitchs et démos. Je vous avais présenté les Démonight à Strasbourg, désormais suivez les ApéroPitch de Grenoble.

Le 21 janvier dernier avait donc lieu le premier ApéroPitch 2016, dédié au crowdfunding (financement participatif). A cette occasion, nous avons eu le plaisir d’accueillir en guest les représentants régionaux de 2 plateformes de crowdfunding : KissKissBankBank et Kocoriko, plateforme lancée par la Banque Populaire des Alpes pour des projets 100% alpins.

Découvrez sans plus attendre les startups venues pitcher leur concept, certaines ayant déjà réussi leur campagne de crowdfunding, d’autres en phase de lancement. Toutes sont venues partager leur expérience avec la communauté digitale grenobloise.

Bixi : le 1er premier compagnon personnel qui simplifie la vie connectée grâce à la reconnaissance gestuelle

Bixi est l’une des startups qui a fait parler d’elle au dernier CES Las Vegas, comme le mentionne Maddyness. Il s’agit d’un objet connecté qui reproduit vos gestes de contrôle tactile sur vos supports mobiles et tablettes, sans qu’un contact physique soit nécessaire. Ainsi, vous pouvez continuer à slider/scroller sur votre smartphone à distance (environ 20cm) sans avoir besoin de nettoyer vos mains au préalable : idéal lorsque vous jardinez, faites la cuisine, réparez votre véhicule… Leur campagne de crowdfunding est en préparation, suivez-les en vous inscrivant à leur waitlist.

Visionnez le concept Bixi en vidéo, réalisée par l’agence grenobloise La Haute Société :

Ma femme préfère le bleu : studio de gravure et découpe laser du bois

Envie d’immortaliser vos photos ou illustrations dans le bois ? Ce studio de création spécialisé à l’origine en signalétique, a lancé son produit de découpe laser bois. Un rendu original pour un effet wahou !

J’ai bien aimé l’anecdote du nom du concept : « à chaque fois qu’on présentait des visuels à nos clients, il y en avait toujours un pour revenir en nous disant : ma femme préfère le bleu » 🙂

Ma femme préfère le bleu

Concept de « Ma femme préfère le bleu » illustrée par © Etienne Giorgetti, facilitateur graphique

Enlaps : une solution complète pour vos time lapses !

Vous adorez les time lapses, mais en avez marre d’attendre des heures avant d’obtenir un premier rendu ? Enlaps a conçu pour vous une solution complète pour capturer vos time lapses. Celle-ci repose sur un boîtier de prise de vues qui fonctionne à l’énergie solaire, relié à une application mobile pour gérer à distance les effets souhaités via la 3G. Une solution plug and play qui vous facilitera désormais la conception et le partage de vos time lapses !

Encore une startup qui a fait du bruit lors du CES Las Vegas 2016, puisque cela leur a permis de terminer leur campagne Kickstarter avec 185k€ grâce à 518 contributeurs. Ce n’est pas sans nous rappeler l’exceptionnelle campagne réalisée par Hexo+ en 2014.

Une stratégie de notoriété bien préparée puisque la startup grenobloise a fait appel à une agence de presse en France et aux US pour assurer sa visibilité en amont du CES.

Le Gant de boxe connecté by Pierre-Antoine MONTEZ

Vous aimez les sports de combat tels que la boxe, le kickboxing ou encore la boxe thaï ? Vous aimeriez accéder à un suivi de vos performances et d’un coach pour vous aider à améliorer vos gestes ? Pierre-Antoine Montez saura donc répondre à vos attentes avec son futur gant de boxe connecté, que nous avons pu découvrir en version prototype.

Il s’agit système complet intégrant un accéléromètre et des gyroscopes, qui centralisent les données dans une application mobile. A l’instar des applications dédiées au fitness et au running, désormais il y aura celle dédiée à la boxe. Pour développer son produit, le concepteur a fait appel à un champion de France de boxe pour participer au co-développement. D’autres opportunités sont à envisager, telles que l’ouverture sur des marchés comme la rééducation, le gaming, le coaching sportif.

Le Killer Punch par Pierre-Antoine Montez

Le Killer Punch par Pierre-Antoine Montez © Etienne Giorgetti, facilitateur graphique

Combi des Alpes : après le photobooth, le bar éphémère 

Deuxième entreprise annécienne venue pitcher son projet (après Ma femme préfère le bleu) : Combi des Alpes propose depuis Avril 2015 de visiter la région à bord d’un véritable combi. Forte de son succès, la jeune société s’est également adaptée à l’événementiel en proposant son offre de photocombi pour des shooting photos.

Désormais, la société en pleine croissance souhaite se développer en surfant sur la vague du food truck, en proposant un barcombi éphémère.

Combi des Alpes à Annecy

Combi des Alpes by Etienne Giorgetti, facilitateur graphique

Les ApéroPitch sont aussi l’occasion de venir tester un concept, de sonder les potentiels utilisateurs sur leurs usages quotidiens, de rester en veille sur des opportunités de marchés, …

C’est ce que nous a ainsi démontré la startup Sheeps, dont les fondateurs, anciens coworkers à Grenoble, ont complètement revu le modèle économique.

Sheeps : privilégier l’achat collaboratif par la gamification

Initialement une simple plateforme d’achat groupé, aujourd’hui Sheeps propose de mettre en avant les startups grâce à des campagnes de ventes post-crowdfunding, basées sur un système de gamification.

L’objectif est désormais de proposer une expérience de vente qui rapproche les startups de leur communauté, en leur offrant une contrepartie si l’objectif de la campagne est atteint. Des paliers sont ainsi proposés, incitant les acheteurs à partager un maximum la vente pour « débloquer » le palier suivant, et ainsi remporter une contrepartie à plus forte valeur.

De nombreux produits sont disponibles en vente sur Sheeps, allez faire un tour !

N'oubliez pas de suivre Sheeps sur Facebook !

N’oubliez pas de suivre Sheeps sur Facebook !

Un très beau cru pour ce premier ApéroPitch de l’année, rendu possible grâce aux organisateurs et partenaires de l’événement, « ceux qui font » : Mathieu Genty de CoWork Grenoble, l’équipe de Spontanez-Vous pour l’aide à la prise de parole en public, Une Petite Mousse pour les bières artisanales, et Etienne Giorgetti pour ses illustrations…

Pas de projection, pas de supports de présentation, cela se passe entre le fondateur et le public, sans fioritures. Alors, et pourquoi pas venir pitcher au prochain ApéroPitch ? Inscrivez-vous à la newsletter !

Inbound marketing : Toastr révolutionne la vidéo de contenu

En janvier dernier, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Réouven Sellam, fondateur de Toastr, le premier studio d’enregistrement vidéo entièrement dédié au marketing de contenu, tandis que le projet n’était pas encore lancé. Après quelques mois de démarrage, j’ai tenu à faire le point sur son offre de vidéo marketing dédiée aux professionnels, lancée depuis août dernier.

Découvrez le concept Toastr, qui révolutionne déjà le marketing de contenu : une révolution au niveau du fonctionnement avec une offre de pack vidéos en PAD (Prêt à Diffuser), entraînant ainsi un bouleversement du marché avec un tarif ultra compétitif.

logo-toastr

Toastr : développez votre stratégie d’inbound marketing avec la vidéo de contenu

Be Why : Peux-tu nous présenter ton parcours et le concept de Toastr ?

Réouven Sellam : Je suis motion-designer de métier. Au fur et à mesure des rencontres avec les clients, j’ai réalisé qu’il existait un besoin non comblé à ce jour. Les annonceurs ont en effet besoin aujourd’hui de communiquer de manière régulière. Le problème était donc simple. Pouvoir proposer de la production de contenu vidéo de manière flexible et à un prix compétitif pour permettre d’utiliser l’outil vidéo de manière récurrente.

BW : Votre objectif est de rendre le contenu vidéo plus accessible, avec un modèle innovant, c’est bien ça ?

RS : Tout à fait. Toastr est un studio de tournage dédié et optimisé pour produire de la vidéo en flux tendu avec une capacité de réponse aux demandes urgentes. Nous avons fait construire un cyclorama – fond de studio – de taille réduite et équipé d’un système de multi-caméra.

IMG_4359.jpg

© Toastr

Plus qu’un simple studio en location, nous proposons une prestation complète permettant à nos clients de disposer d’un PAD – prêt à diffuser – compatible avec les plateformes de diffusion actuelle. Ce PAD est livré au client dans un délai très court, soit en 3 jours en moyenne.

Nous ne nous plaçons pas comme un énième prestataire vidéo, nous nous voyons plutôt comme une nouvelle manière d’aborder l’outil vidéo. La partie technique intéresse peu les destinataires de nos vidéos, alors pourquoi celle-ci doit être si importante sur le devis ou si omniprésente lors d’un tournage ? Replaçons l’importance sur le message de nos annonceurs et recentrons l’utilisateur dans ses préoccupations.

Des applications multiples pour votre stratégie de vidéo marketing

Inutile de vous préciser qu’aujourd’hui, la vidéo est le média qui obtient le plus haut niveau d’engagement, avec l’avènement des formats courts, directement lus sur les réseaux sociaux.

Proposer du contenu à forte valeur ajoutée, au travers d’une stratégie d’inbound marketing, vous permet ainsi de gagner en visibilité et en notoriété. Le vidéo marketing vous permet de gagner davantage en viralité, grâce à son format multi-plateforme, et en référencement naturel, notamment grâce à votre chaîne YouTube.

BW : Mais alors, quels types de contenus vidéo proposer dans le cadre d’une stratégie d’inbound marketing ?

RS : Sur le blog de Toastr, je propose des articles destinés à inspirer les entreprises et entrepreneurs à intégrer la vidéo comme format plus récurrent, ou plus spécifique à l’une de leurs activités.i

Des vidéos didactiques (sous forme de screencasting par exemple) aux témoignages clients, ou encore un SAV Vidéo sont des exemples d’applications spécifiques qui ont le vent en poupe.

Vous pouvez également proposer des rendez-vous réguliers : il peut s’agir de webinars, ou encore d’interviews clients ou partenaires, que vous diffuserez alors sur votre webTV.

L’objectif est avant tout de proposer du contenu différenciant, où la vidéo peut apporter une réelle valeur ajoutée à l’internaute, que ce soit pour mieux comprendre un concept, ou bien découvrir comment bien utiliser son nouvel achat.

C’est en ce sens que notre modèle diffère des studios vidéo existants : nous proposons des packs vidéos à tarif dégressif pour inciter les marques à utiliser ce format, et ainsi démocratiser l’usage de ce média. Ce tarif est accessible du fait d’un format « tout compris », avec la seule contrainte d’un enregistrement en studio, et non sur site.

Notre offre s’adresse donc facilement à tous les blogueurs désireux de varier les formats de leurs articles, en proposant par exemple des interviews vidéos.

Les offres Toastr

Les offres Toastr

Les perspectives pour Toastr ?

Les lecteurs de mon blog savent que j’ai beaucoup d’admiration pour Gabriel Dabi-Schwebel, dirigeant de l’agence 1min30, qui est l’un des premiers à avoir évoquer l’inbound marketing comme le principe pour une entreprise de devenir son propre média. Lui-même utilise beaucoup la vidéo pour présenter son offre.

UPDATE DU 01/12/2015 : n’hésitez pas à télécharger le livre blanc de l’agence 1min30 pour votre stratégie de vidéo marketing

BW : As-tu songé à te mettre en relation avec son agence ?

RS : Effectivement, nous avons une petite anecdote avec l’agence 1min30. En mars 2015, alors que la société en était tout juste en recherche d’un local et de financement, j’avais pu mettre en ligne une landing page en attendant la version finale du site web.

A ma grande surprise, j’ai été contacté par Gabriel Dabi-Schwebel. Son agence dispose d’un des blogs les plus consultés sur l’actualité du webmarketing et de la production de contenu. Ils revendiquent à ce jour plus de 70,000 visiteurs par mois, c’est considérable.

Gabriel m’a félicité pour la pertinence de mon offre et m’a indiqué qu’il souhaitait reproduire le même type d’offre sur Paris. Bien sûr, à l’époque je ne pouvais me disperser sur plusieurs villes alors que mon projet était naissant. Quelques mois plus tard, une petite maladresse de son équipe (l’offre de studio vidéo est sensiblement la même) m’a permis de reprendre contact avec lui et pourquoi proposer un nouveau service Toastr sur Paris. Le début d’une belle histoire ? A suivre.

BW : Côté chiffres, le démarrage de Toastr répond-il à tes attentes ?

Depuis notre lancement en août dernier, nous avons déjà produit 37 vidéos, et sommes en cours de signature de plusieurs contrats récurrents. Nos clients sont essentiellement des agences de communication, des services marketing ou des clients en direct, qui apprécient avant tout de pouvoir utiliser ce concept pour des projets ou clients variés. Nous sommes également en projet avec des Youtubers, mais je ne peux en dire plus pour le moment.

Avec la multiplication des programmes en format court, et la nécessité de s’adapter à la vidéo mobile, les marques ont compris l’enjeu du vidéo marketing. Aujourd’hui, bon nombre d’entreprises s’imaginent encore que la vidéo est réservée aux gros budgets, or, notre rôle est de leur prouver que la vidéo peut être un média tout à fait abordable.

Un grand merci à Réouven pour son témoignage. Nous regrettons de n’avoir pu réaliser cette interview en vidéo ! Faute de disponibilité géographique. Mais ce n’est que partie remise. 🙂 

Et vous, que pensez-vous de l’offre Toastr ? Souhaiteriez-vous proposer du contenu vidéo pour booster votre visibilité et offrir à vos cibles du contenu différenciant ?

Présenter sa startup : j’ai testé l’ApéroPitch VS la Démonight

Redevenue grenobloise depuis quelques mois déjà, j’ai préféré mettre le blog en pause pour prendre mes marques dans cet écosystème numérique que je ne connaissais qu’au travers des réseaux sociaux. Et enfin, j’ai pu assister à ma première session d’ApéroPitch, qui m’a toujours rappelé ces fameuses Démonight auxquelles j’assistais à Strasbourg.

Mais au final, je constate des similitudes dans les fondements et les valeurs, mais beaucoup de différences au niveau du format et de l’animation. Je vous propose donc ici mon retour sur les deux événements en tant que public, sous la forme d’un petit match (bah oui, il faut bien mettre un peu de challenge !).

Le concept de l’événement : ApéroPitch VS Démonight

En premier lieu, il est à noter que les deux événements sont organisés par deux associations dont le but est de promouvoir et dynamiser le digital. Toutes deux labellisées FrenchTech, Grenoble et Strasbourg ont à cœur de mettre en avant les acteurs du numérique.

Présentation du concept de l’ApéroPitch

L'ApéroPitch à Grenoble

©ApéroPitch Grenoble

Organisé par le CoWork Grenoble, sous l’égide de Mathieu Genty, cet événement propose aux pitcheurs de confronter leur projet face à un public averti (freelances, startups, experts en innovation, …) et de recueillir leur feedback. Ici, pas de présentation PowerPoint, un micro et des questions/réponses. Les pitcheurs sélectionnés sont tous en phase de création/lancement, ce ne sont pas des projets de startups avancés qui nous sont présentés. Dixit Mathieu, l’idée est de confronter son idée et de valider ou non son positionnement, voire son business model.

Présentation du concept de la Démonight

Démonight Strasbourg #7

© 4hands.fr

Pour ceux qui me suivent depuis longtemps, vous savez que j’ai régulièrement présenté les startups venues pitcher leurs projets à la Démonight Strasbourg, événement organisé par l’association Alsace Digitale dans le nouvel espace de coworking du Shadok. Ici, le principe est de présenter son produit sous forme de démo en 5 min chrono. Le public averti découvre alors un projet relativement avancé (souvent une démo en live via un site web ou une appli). Quelques questions/réponses également.

Le match : Grenoble 0 – Strasbourg 1

Même si les pitcheurs ne sont pas sélectionnés au même niveau d’avancement de leur projet, en tant que public, j’accorde le premier point de ce match à la Démonight de Strasbourg. On retrouve la dynamique du digital, le pitch est plus animé, et visuellement, cela permet une meilleure mémorisation.
Mon conseil pour l’ApéroPitch : penser à afficher le nom du projet, son concept en 2 lignes. Les temps de questions/réponses sont parfois trop longs, cela doit être privilégié lors du buffet de clôture de l’événement.

Par ailleurs, l’ApéroPitch est un événement payant (10€ l’entrée avec bières et pizzas incluses), contrairement à la Démonight, qui préfère faire sponsoriser son événement.

L’animation et les guests

A Strasbourg, le sponsor de la soirée présente sa société et son concept avant le défilé des démos. A noter que le sponsor est toujours un acteur du numérique, soit membre de Strasbourg Startups (donc un ancien pitcheur !), soit une entreprise venue présenter son parcours pour encourager les startups de demain.

A Grenoble, la soirée débute également avec l’interview d’un Guest venu présenter un concept, un parcours, un projet. Lors de l’ApéroPitch du 22 octobre, c’est Toyota France qui est venu présenter son projet pilote unique au monde, lancé à Grenoble : les voitures éléctriques en autopartage, via l’I-Road et le Coms. A cette occasion, les frais d’adhésion au programme Citelib étaient offerts. Je vous en dirai plus dans mon prochain article.

Des coachs et un illustrateur pour animer la soirée. Lors de l’ApéroPitch, les coachs de Spontanez-Vous proposent leur feedback au pitcheur sur la forme de la présentation, leur discours, leur posture. Un excellent exercice donc pour la prise de parole en public, avec un retour de professionnels. Pour illustrer le projet pitché, le coup de crayon d’Etienne Giorgetti vient compléter le fond blanc (laissé vide du coup !).

Le match : Grenoble 1 – Strasbourg 0

Rien à redire à nos maîtres de cérémonie que sont Yann Klis à Strasbourg et Mathieu Genty à Grenoble. Le point revient à Grenoble pour les bonus proposés au niveau de l’animation. L’ambiance en fin d’événement autour des bières et du buffet est toute aussi fun et décontractée à Strasbourg qu’à Grenoble. A la seule différence que cette dernière sert des bières d’Une Petite Mousse, startup grenobloise bien entendu !

La finale

En réalité, il est impossible de départager l’ApéroPitch de la Démonight, ce sont deux formats similaires d’un point de vue de l’objectif, mais tellement différents du côté du format et de l’ambiance.

Au final, je dirais que l’ApéroPitch ressemble à l’exercice obligatoire lors du lancement d’un Startup Weekend, lorsque les porteurs de projets présentent leurs idées. Quant à la Démonight, celle-ci se prête plus au jeu de la finale du Startup Weekend, lorsqu’il faut présenter son MVP (Minimum Viable Product).

En parlant de Startup Weekend, ne ratez pas les prochaines éditions qui se dérouleront toutes deux du 20 au 22 Novembre 2015 !
En savoir plus sur le Startup Weekend Strasbourg
En savoir plus sur le Startup Weekend Grenoble

Et vous, préférez-vous plutôt un format avec une démo live ou pitcher son idée en début de création de projet vous semble plus pertinent ?

Désormais vous pourrez suivre les prochains ApéroPitch sur mon blog. A Strasbourg, je vous recommande de lire les articles du blog 4hands.fr, qui a repris le flambeau ! 🙂

La Newsletter : savoir définir son contenu et bien la diffuser

La newsletter connaît aujourd’hui ce que le papier a connu à l’heure du numérique, une longue période de désamour. Mais aujourd’hui, les marques ayant compris comment utiliser ces supports de manière ciblée et qualitative, se réjouissent des résultats obtenus.

L’objet de cet article n’est pas de traiter de la lettre d’information standard, envoyée comme un document annexe avec nos relevés de comptes mensuels, mais bien d’un support de communication ayant une cible clairement définie et un objectif à atteindre.

Parmi les précédents articles dédiés à l’inbound marketing, nous avons traité essentiellement des livres blancs, mais la newsletter est belle et bien un outil stratégique pour pousser du contenu que la cible attend. Encore faut-il dès le départ, comme pour toute stratégie des moyens, définir au préalable les cibles et les objectifs visés. Et plus important encore, définir une stratégie différenciée au travers du contenu et du discours.

Car oui, il peut exister au sein d’une même entreprise ou organisation, différentes newsletters pour différentes destinations : la newsletter de conquête (commerciale), la newsletter de fidélisation et de conversion (marketing), la newsletter de fidélisation interne (RH), et bien d’autres encore. Et pourquoi pas traiter de tous les types de newsletters dans un futur article ?

Mais pour l’heure, prenons le cas des deux types de newsletter les plus courants, mais parfois encore mal exploités. Voici nos préconisations pour optimiser leur impact et appeler le lecteur à l’action.

La Newsletter : un outil marketing de conquête

La stratégie de contenu reste aujourd’hui la pierre angulaire pour se différencier : proposer du conseil, au travers d’une expertise et une valorisation des compétences de l’entreprise, permet à la fois de gagner en visibilité et en référencement naturel.

Créer des articles de fond permet en ce sens d’apporter un éclairage aux prospects et clients, de les aider à mieux comprendre votre périmètre d’action.

Comment mettre en avant vos contenus ?

Une technique simple et qualitative consiste à envoyer à votre liste de contacts une newsletter, reprenant les principaux titres de votre article. Vous pourrez dès lors créer un rendez-vous avec vos cibles, en définissant la fréquence souhaitée (hebdomadaire, mensuelle, …).

Pour maximiser l’impact de votre article en ligne, le relais sur les réseaux sociaux est primordial. Un conseil : découpez votre article en thématiques. Ainsi, vous pourrez relayer les chapitres de votre article, par mot-clé ou thématique.

Un exemple : la newsletter de Human Vision, cabinet spécialisé en coaching d’affaires. Les thématiques traitées au sein des articles : leadership, management, motivation, développement personnel, … Retrouvez leurs différents articles ici.

HUMANVISION-Newsletter-2015-08-12

Newsletter Human Vision au Luxembourg

Stratégie de mise en avant : l’article est ainsi découpé par thématiques, et chaque semaine un nouveau post met en avant l’une des thématiques traitées. Cette technique offre du contenu spécifique lié aux centres d’intérêts de vos cibles.

Pour le cas de Human Vision, le lancement de cette newsletter a déjà permis à la société de remporter de nouveaux contrats, et ce, dès le premier envoi !

Et vous ? Que pensez-vous de cette stratégie de content marketing ?

La Newsletter : comprendre les attentes pour mieux fidéliser

L’objectif de la stratégie de contenu étant d’apporter de l’information qualitative et ciblée, il faut pour cela être en mesure de connaître et comprendre les attentes de vos clients. La newsletter orientée marketing vise à analyser le comportement des utilisateurs de vos services, de connaître leurs usages de vos produits, pour pouvoir proposer un niveau de service adapté aux attentes.

Ce type de newsletter trouve tout son sens lorsque vous souhaitez lancer un nouveau service, capter de potentiels utilisateurs. Par exemple, lors du lancement d’une version bêta d’un service web, la newsletter a pour objectif d’informer les utilisateurs des nouveautés, des nouvelles fonctionnalités, de sonder les utilisateurs.

Encore peu d’entreprises exploitent cette technique, alors qu’à l’inverse, beaucoup de startups utilisent ce canal pour améliorer l’expérience utilisateur de leur service.

L’exemple des startups illustre parfaitement ce point. Lorsque vous lancez un nouveau service ou produit, vous êtes confrontés à deux problématiques : le faire connaître, puis le commercialiser.

Comment exploiter la newsletter en phase de lancement d’un nouveau produit ?

La première erreur serait d’attendre que le produit soit fini pour démarrer son lancement. Or, les startups démarrent leur stratégie de communication en amont, afin de capter le public visé, leur présenter le concept, et susciter de l’intérêt pour leur produit. Plus le projet est innovant, plus la phase de teasing sera importante puisqu’elle devra « évangéliser » le public autour d’un concept encore inconnu.

Un exemple : le cas de BT Gröund, spécialisée en solutions wireless

Benoit Giroud, le fondateur, propose aux entreprises une solution de Wi-Fi intelligent, qui permet d’améliorer l’expérience lors de réunions. Le concept : permettre à l’ensemble des participants de projeter son contenu depuis son smartphone, sa tablette ou son PC, sans même avoir besoin de se connecter via un câble. La box BT Gröund, véritable media center, offre un environnement dématérialisé et ouvre vers un nouveau mode de réunion, qui sera plus interactive.

Une newsletter pour améliorer l’expérience utilisateur

Benoit Giroud a opté pour une phase de pré-lancement, en mettant à disposition des box au sein de diverses entreprises et écoles universitaires afin de recueillir leurs usages du service, et d’améliorer les fonctionnalités. Pour assurer un maximum de retours durant cette phase, le fondateur a choisi de mettre en oeuvre une stratégie d’accompagnement global. Au programme, des focus groups, un blog dédié, et bien entendu, une newsletter.

Celle-ci présentera les nouveautés, des réponses aux questions les plus fréquentes, l’agenda des focus groups, voire même des premiers témoignages d’utilisateurs.

Comment exploiter la newsletter en phase de commercialisation ?

Pour rester dans l’univers des startups, reprenons l’exemple de la société Squadrone System, présentée dans mon précédent article qui leur était dédié.

Les premiers drones autonomes ont été livrés suite à la première campagne KickStarter. La jeune startup anime son blog pour informer les investisseurs, les clients potentiels et toute la sphère des « Follow me drones ».

Suite à l’article qui leur était consacré, j’avais été invitée pour tester leur nouvelle application mobile, dans le cadre d’une démarche UX mobile (user experience on mobile) où plusieurs testeurs aux profils variés avaient comme moi pu découvrir cette appli, voire même tester le drone en réel comme ici avec Presse Citron.

Définir une stratégie de contenu et de diffusion

Attention toutefois, si le blog est idéal pour poster des articles et présenter la vie de l’entreprise, la ligne éditoriale doit être claire, mentionnant les thématiques traitées. Ne pas confondre « Actualités » et « Blog » : blog d’expert ou blog d’entreprise, il faut clarifier le positionnement.

Mon conseil pour Hexo+ : définir une stratégie de contenu en dissociant la vie de l’entreprise et son actualité, que l’on retrouvera notamment sur les réseaux sociaux, des billets du blog qui seraient alors orientés uniquement sur le produit : évolution technologique, innovation du secteur, tests utilisateurs, etc.

Créer des articles sur le blog en les découpant par thématiques comme l’exemple de Human Vision serait pertinent pour les diffuser sur les réseaux sociaux, au travers d’une stratégie digitale différenciée. Tweeter une section de l’article sur la thématique #followmedrones serait plus impactant pour toucher cette cible, au même titre que de tweeter la section #UXmobile qui ne viserait pas les mêmes communautés.

IMG_6753

Test de l’appli mobile Hexo+ le 10/07/2015

Vous l’aurez compris, créer du contenu requiert une véritable stratégie éditoriale, mais la stratégie de diffusion au travers de l’envoi d’une newsletter ou via les réseaux sociaux est toute aussi importante. Proposer du contenu de qualité oui, le diffuser de manière ciblée en adoptant une mécanique différenciée s’avère être plus gagnante !

Du startup weekend à la Silicon Valley, l’ascension fulgurante de Squadrone System

Désormais de retour sur Grenoble, j’ai eu la chance de rencontrer autour d’un café Sébastien, Architecte systèmes pour Hexo+, le premier drone de loisirs autonome avec caméra embarquée destinée au Grand Public qui a fait couler beaucoup d’encre en 2014 avec ses 1,3 millions de $ récoltés sur la plateforme KickStarter.

HEXO+_Presentation-2

Hexo+, self-flying camera

Tandis que la livraison des premiers kits vient tout juste de démarrer, j’ai trouvé intéressant de vous retracer l’ascension fulgurante de cette jeune startup grenobloise, avec mon point de vue marketing et business strategy. Loin de vouloir porter cet article vers un chauvinisme exacerbé, je tenais surtout à mettre en avant l’esprit startup, le pouvoir du crowdfunding et plus impressionnant encore, le pouvoir du digital et du partage social, véritables clés dans cette success story.

Du startup weekend à la Silicon Valley en moins d’un an

Après avoir remporté la mention spéciale du Jury lors du Startup Weekend Grenoble en novembre 2013 sous le nom Adronaline, l’équipe décide de poursuivre son projet avec le soutien de Startup MakerLa vie après un Startup Weekend ? Antoine Level nous la raconte avec beaucoup d’humilité : 5 mois après leur participation, la société Squadrone System voit le jour. En Juin 2014, seulement 3 mois après leur lancement, la jeune startup embrase le web après avoir récolté 1,3 million de $ sur KickStarter. Bon alors, qu’est-ce que je vous disais sur le concept Startup weekend ? 🙂

SQUADRONE_SYSTEM_logo_alpha

Après avoir fait la Une sur le Web, notamment avec un article sur Presse Citron, la startup grenobloise poursuit sa stratégie de notoriété lors du CES2015 à Las Vegas en Janvier dernier, où elle remporte fièrement 3 prix.

HEXO+_Presentation-9

Hexo+ remporte 3 awards au #CES2015

L’effet FrenchTech pour booster le « made in France »

Désormais présente à Palo Alto, berceau de la Silicon Valley, la startup Squadrone System s’affiche aujourd’hui comme un exemple pour tous en termes d’innovation made in France. Autre fait marquant, la société va même jusqu’à faire fabriquer ses produits (dont les premières livraisons sont prévues pour Septembre) en France. L’excellence à la française on vous a dit ! C’est Axelle Lemaire qui devrait être ravie ! 😉

Le marché des « Follow Me Drones », du sportainment, mais pas que !

Parmi les tendances qui ont marqué l’édition 2015 du Consumer Electronics Show à Las Vegas, c’est bien entendu l’offre pléthorique des objets connectés. Hexo+ s’affiche comme étant le premier drone autonome avec caméra embarquée, qui se programme depuis son smartphone. Cette self-flying camera suit vos mouvements en respectant la trajectoire que vous lui avez indiquée.

Une stratégie d’influence portée par des ambassadeurs de l’action sport

Quand on intègre une caméra GoPro dans son produit, il apparaît naturel d’adresser un marché dédié au sportainment, qu’il s’agisse du sport outdoor, de la glisse, ou encore du tourisme sportif.

Au même titre que les équipementiers ont pris le parti de développer leur communauté via des instagramers, Hexo+ a choisi ici de développer son marketing sportif par l’influence d’ambassadeurs de renom, ce qui prend tout son sens.

HEXO+_Presentation-8

Les Ambassadeurs d’Hexo+, premier drone autonome avec caméra embarquée

A l’heure du selfie video, de la place prépondérante du digital media dans la stratégie de visibilité, Squadrone System a su viser juste en proposant un produit innovant qui réponde parfaitement aux problématiques de coût, de logistique et d’accessibilité en milieu aérien.

hexo_the_flying_cam

L’ère du self-flying camera

De nombreuses opportunités de développement et d’applications

La jeune société grenobloise vient d’annoncer il y a quelques jours sa première levée de fonds, qui va sans nul doute encore faire du bruit : 3 millions d’€ levés auprès d’un fonds d’investissement canadien, qui permettent alors à Startup Maker de sortir avec 2,5 fois sa mise de départ !

Une levée qui va ainsi permettre à la startup de poursuivre son développement, avec en priorité une stratégie de recrutement (actuellement 15 salariés à Grenoble, et un objectif de 40 personnes d’ici la fin de l’année) pour assurer la conception de nouvelles fonctionnalités produit.

Développer la production, améliorer le design et les performances du produit, mais surtout, développer l’activité à l’export, en particulier aux US via sa présence à Palo Alto, sont autant d’objectifs qu’Antoine Level souligne dans sa vision stratégique.

En termes d’applications et d’opportunités de marchés, le cinéma est bien entendu en première ligne, mais pourquoi pas également étendre le potentiel vers les secteurs de la surveillance, du génie civil (suivi de projets de constructions), du tourisme ?

Améliorer l’expérience utilisateur : devenir un produit lifestyle ?

« Capturer des moments de vie », voici la promesse d’Hexo+, dont les fondateurs ont décidé de se concentrer uniquement sur le marché du drone civil.

Elargir la cible vers une communauté lifestyle, une stratégie ? A première vue, le produit sait déjà répondre aux usages, avec son application smartphone qui permet à l’utilisateur d’obtenir un rendu de très haute qualité, voire même professionnelle, sans avoir besoin de faire appel à des tierces personnes ni un matériel encombrant.

HEXO+_Presentation-3

Si vous suivez régulièrement ce blog, vous devez sans doute savoir que je suggèrerai à Antoine Level d’étendre la communauté d’ambassadeurs à des blogueurs, des web influenceurs, qui sauront sans aucune difficulté apporter un regard neuf sur les applications lifestyle d’Hexo+. Et pourquoi pas un focus group pour brainstormer sur les attentes du public ?

Quelles que soient les applications lifestyle à venir, l’environnement législatif sera sans nul doute un risque pour leur développement. Mais a priori, nous n’avons pas trop de souci à nous faire pour eux, car comme toute bonne étude bien menée, l’équipe dirigeante de Squadrone System a très bien su tourner une menace en force, en décidant de s’allier à la NoFlyZone Initiative, et ainsi respecter sa politique « friendly use ».

Je conclurai cet article d’une touche très personnelle, puisque j’ai réellement pris plaisir à découvrir l’histoire de cette jeune entreprise issue d’un Startup Weekend, qui pour ne rien gâcher, fait la fierté de l’écosystème digital à Grenoble qui les trouve « amazing »
Ce qui me fait d’autant plus sourire, c’est d’avoir appris l’existence de cette jeune startup autour d’un café avec Sébastien, de découvrir que leur Chef Produit n’est autre qu’Eva, une ex-coéquipière du volley à Echirolles, et de réaliser pour finir que le siège de Squadrone System est à 30m de chez moi ! 😉

Quand on dit que parfois les grandes décisions et opportunités ont lieu au café, je reconnais effectivement que cela prend tout son sens ! 

Alimentez vos idées : la promesse de MyBusyMeal

L’heure du déjeuner approche, certains d’entre vous doivent se demander où et avec qui partager ce repas, mais une chose est sûre : vous avez envie de changer, de partager un moment convivial et développer vos contacts professionnels.

Nous avions été parmi les premiers à vous faire découvrir le concept Work’n meet, il y a déjà plus de 2 ans, qui proposait d’allier déjeuner et business. Tandis que les fondatrices décidaient de stopper l’aventure en 2014, c’est MyBusyMeal qui prenait aussitôt le relais.

Après avoir essuyé quelques réfractaires trop attachés au passé, Fabien Carraro, le co-fondateur du nouveau concept de social dining pour les professionnels, mais aussi les particuliers, a réussi le pari de développer son projet en Alsace, mais également au-delà des frontières… Ce nouvel article lui est donc dédié, afin de mettre en lumière à la fois le porteur du projet, mais aussi l’ambition de la plateforme.

MyBusyMeal : concept de social dining international

Inutile de vous expliquer le concept, qui reprend les bases mêmes de celui de feu Work’n meet. Toutefois, après avoir testé mon premier BusyMeal lors du festival du numérique Bizz & Buzz, je peux désormais apporter mon analyse comparative.

Ergonomie & design

Sans doute plus de widgets présents sur l’espace perso, dû à de nombreuses fonctionnalités. Le site est avant tout sobre et clair, agréable à parcourir. Côté messagerie et contact, ça reste assez sommaire, mais on en demande pas forcément plus. La mise en relation faite lors du déjeuner permet en principe de poursuivre les échanges sur des réseaux sociaux professionnels plus standards, du type LinkedIn ou Viadéo, ou encore Facebook et Twitter.

Fonctionnalités

Cette fois-ci, de nombreux changements sont à souligner :

  • le système de géolocalisation, qui permet de repérer les repas à proximité
  • des thématiques de rencontres organisées par les restaurants partenaires
  • la possibilité de partager un BusyMeal via les boutons sociaux
  • la possibilité de créer soi-même un BusyMeal qui est validé dès l’ajout d’un 2e participant

On regrettera toutefois l’impossibilité d’ajouter directement le BusyMeal dans son calendrier. Ne cherchez pas non plus l’appli mobile, il n’y en a pas : toutefois, la version mobile est totalement responsive.

Le « + » : tout est désormais affiché sur une seule et même page dédiée au repas. Qui participe, les messages et commentaires des participants, la fiche du restaurant, les boutons sociaux, etc. Capture d’écran 2015-04-07 à 11.08.14 MyBusyMeal offre beaucoup d’autonomie à l’utilisateur, pour lui proposer une expérience la plus large possible. Que l’on soit participant ou restaurateur, la plateforme MyBusyMeal devient désormais l’outil de prédilection pour créer des événements. 

Une plateforme 3-en-1

MyBusyMeal permet en effet d’organiser ses propres événements, qu’ils soient privés ou professionnels. Sans être un véritable Doodle, la plateforme offre la possibilité de créer des repas privés, et d’inviter uniquement ses contacts ciblés.

Lorsqu’il s’agit d’événements de plus grande envergure, comme le dernier festival Bizz&Buzz, MyBusyMeal pourra bientôt proposer une billetterie couplée. Des discussions seraient visiblement en cours avec l’un des pure players du secteur…

Et pour finir, MyBusyMeal souhaite également se présenter comme un tremplin à l’entrepreneuriat. Et pourquoi pas réunir à une même table des personnes en mesure de vous conseiller pour votre projet de création d’entreprise ? Choisissez de réunir un pôle d’experts pour votre projet : des consultants financiers, marketing, techniques, etc. L’Ambassador Program n’en est qu’à ses débuts…

De belles perspectives de développement sont en cours pour MyBusyMeal, qui connaît déjà un vrai succès puisque le concept a séduit plus de 5 000 membres, dont 2 600 en France, plus de 2 000 en Italie, où l’un des co-fondateurs est basé. La portée internationale du concept souligne un véritable engouement.

Fabien Carraro : un fondateur qui souhaite partager ses valeurs

Ma rencontre avec Fabien a tout simplement eu lieu lors de mon premier BusyMeal. Un homme charmant, pleinement investi dans plusieurs projets. Important de préciser : Fabien n’est pas salarié de MyBusyMeal, il occupe un poste de manager chez General Electrics, et son réseau de contacts internationaux joue sans doute un rôle dans l’étendue du concept.

Lorsque j’ai appris qu’il n’avait pas osé me contacter, du fait de mon attachement à Work’n meet, j’ai rapidement compris qu’il s’agissait d’une personne humble, qui admire ce que ses prédécesseurs lui ont laissé. Fabien a de nombreux projets pour MyBusyMeal, dont celui de le faire porter par de nombreux ambassadeurs. Encore assez « frileux » sur les réseaux sociaux en tant que community manager, notamment sur le compte Twitter @MyBusyMeal, Fabien ne cache pas son ambition d’aider les porteurs d’idées à réaliser leur projet. Bientôt un BusinessAngelMeal ? 🙂

Quoi qu’il en soit, si vous souhaitez le rencontrer et discuter avec lui de ses projets pour sa plateforme, il vous suffit de vous inscrire et de partager un BusyMeal avec lui ! Fabien compte plus de 50 repas à son actif ! 😉
Comme il le précise lui-même : « j’étais mon premier client, l’idée m’était déjà venue il y a de nombreuses années. Aujourd’hui, je profite de ce service à titre privé et pro ».

Pour conclure, je dirai qu’il est temps de tester MyBusyMeal plutôt que de mettre à l’épreuve son fondateur. Vous découvrirez alors une plateforme aux multiples possibilités, aux tarifs attractifs et à la portée internationale. Une plateforme qui offre à chacun, même en mode freemium, d’accéder à des fonctionnalités pertinentes, comme celle d’organiser vos propres repas privés ou professionnels.

Vous avez testé MyBusyMeal ? N’hésitez pas à laisser vos commentaires ici !

Accélérez la conversion de vos prospects chauds grâce à OfficeHour

Aujourd’hui, lorsqu’un chef d’entreprise souhaite bénéficier de conseils d’experts pour dynamiser son activité, il prend en général contact avec une personne rencontrée lors de soirées de networking, il contacte directement des personnes dont les profils Viadéo ou LinkedIn semblent coller. Suit alors un premier contact téléphonique ou rendez-vous physique, l’expert et le chef d’entreprise échangent alors, une proposition d’accompagnement rentre dans le process…

Oui mais au final, toute cette démarche s’avère désormais trop longue, à l’heure où l’on souhaite avoir des réponses rapidement, où l’on préfère limiter les déplacements pour préférer des rendez-vous téléphoniques ou Skype.

minicard_officehour_recto

Découvrez le concept OfficeHour

 Le concept OfficeHour : échanger avec un expert et obtenir des réponses immédiates

J’ai été directement contactée par Jean-Pierre Tran, l’un des fondateurs du concept OfficeHour, qui a été lancé en Décembre dernier. Le concept proposé m’a tout de suite plu, je me suis donc décidée rapidement à créer mon profil d’experte sur la plateforme.

OfficeHour_Yen_Profil

Découvrez mon profil sur OfficeHour

OfficeHour se positionne comme une place de marché entre experts et chefs d’entreprises, sur différentes thématiques telles que l’expertise juridique, la fiscalité, le marketing ou encore le management. Il suffit simplement de trouver l’expert au profil souhaité, et lui envoyer une demande de rendez-vous (téléphonique, visio ou physique) : chaque expert affiche de manière transparente son tarif horaire, ainsi il est plus facile de comparer en fonction du critère prix.

Bien entendu, il ne faut oublier que la création de votre profil, le détail de vos expertises, les liens vers vos supports web, favoriseront votre référencement naturel.

OfficeHour_CommunauteExperts

La communauté d’experts sur la plateforme OfficeHour

C’est après avoir créé mon profil que j’ai constaté les services associés au concept, notamment ce petit widget que l’on peut facilement intégrer sur son site web par exemple, voire même sur un blog WordPress en téléchargeant le plugin spécifique (à venir très prochainement sur BeWhy !).

WidgetOfficeHour_YenBUI

Le widget OfficeHour à intégrer à votre site web

Utilisez OfficeHour dans votre stratégie de prospection !

Pour en revenir au process de mise en relation expert/entreprise, finalement, la solution OfficeHour semble remplir cette première fonction. Et pourquoi pas proposer sur votre site web un conseil d’expert pour rassurer vos prospects et les convertir grâce à un premier contact de 30 minutes ?

Une approche directe, claire et transparente, qui saura démontrer à vos prospects la pertinence de votre offre. Par ailleurs, profitez-en pour ajouter quelques témoignages de clients ayant utilisé ce service, en expliquant les avantages, que l’on peut facilement détecter :

  • permet de vérifier l’adéquation entre l’offre de l’entreprise et nos besoins
  • permet de gagner du temps car aucun déplacement n’est nécessaire
  • permet de vérifier l’expertise et le savoir-faire de l’entreprise
  • un véritable outil d’aide au choix du prestataire/fournisseur
OfficeHour_Yen_Expertises

Présentez vos différentes expertises sur OfficeHour

J’avais présenté dans un précédent article la solution Getplus pour optimiser la gestion des prospects chauds venus visiter le site Internet d’une entreprise. Couplé à OfficeHour, vous ne laisserez plus ces visiteurs repartir sans prendre contact avec eux !

Certes l’approche est payante, mais cela valorisera d’autant plus la qualité de la prestation. Quitte à proposer un tarif horaire « d’approche ». Il s’agit ni plus ni moins de valoriser votre temps. Sachant qu’il est devenu extrêmement rare de vendre un devis, pourquoi ne pas vendre votre premier contact ? La qualification des prospects gagnera en pertinence et en taux de conversion : dites-vous bien qu’un prospect prêt à s’engager dans une démarche de conseil payant est déjà signe de transformation potentielle.

Pour ma part, je pense proposer sur le site de BY Consulting, le widget OfficeHour, afin d’inciter les prospects à me solliciter en RDV. Dans cette même réflexion, je pense que tous les portails d’experts, comme par exemple le réseau Girlz in Web avec son annuaire des Expertes du Numérique, devrait proposer ce service OfficeHour en complément.

Girlzinweb_Home

Réseau Girlz in Web, les Expertes du Numérique

Conclusion : si le concept OfficeHour souhaite se développer rapidement, l’un des meilleurs moyens pour y parvenir restera la création d’un réseau de partenaires BtoB prescripteurs, voire même jusqu’à l’associer à des réseaux tels que Viadéo. En créant un profil sur l’un de ces portails, chaque membre expert pourra utiliser le widget OfficeHour s’il le souhaite. Cela en va de même pour les espaces de coworking qui voudraient proposer aux membres de valoriser leur expertise.

Et vous, pensez-vous que le concept OfficeHour soit pertinent dans vos activités ? Pensez-vous vous inscrire ? Si oui, n’hésitez pas à poster vos profils en commentaires pour que je puisse aller les consulter !

Innovation et numérique en Alsace : les événements à ne pas manquer !

J’ai eu le plaisir de mettre à la Une certains événements et programmes numériques dédiés à l’innovation en Alsace, lors de l’émission webradio « Les Accros du Web » enregistrée hier et qui sera diffusée en Février. Que vous soyez porteurs de projets, entrepreneurs, développeurs ou que vous aimiez simplement toucher de près au monde du numérique et de startups, voici le programme qui vous attend. Un conseil : les inscriptions sont d’ores et déjà ouvertes, et certains événements se remplissent vite, alors prenez vite vos billets !

Dimanche 25 Janvier 2015 : Barcamp #HackTheCulture de 9h à 17h

Un événement gratuit dédié aux professionnels de l’image, organisé dans les locaux de la Plage Digitale.
Pour cette édition, Alsace Digitale propose un format « barcamp » : l’objectif étant de permettre aux participants de se rencontrer, mais surtout de travailler en mode collaboratif autour d’idées proposées, de présenter un projet…
Co-organisé en partenariat avec l’Agence Culturelle d’Alsace et la SAFIRE, cet événement s’adresse aux auteurs, artistes, producteurs, techniciens, en bref, à tous les acteurs de monde culturel qui souhaitent innover en proposant de nouveaux formats numériques.

Inscription obligatoire : c’est par ici

Week-end du 7 & 8 Février 2015 : Les #Hackteliers

hackteliers

Participez aux #Hackteliers Strasbourg

Dans la lignée du Barcamp proposé par Alsace Digitale, découvrez le temps d’un week-end l’électronique et le numérique, au lycée Le Corbusier à Illkirch. Proposé par Hack Stub et l’InSituHackLab, cet événement permet aux experts, néophytes et curieux, de participer à des ateliers et des conférences tantôt créatifs, tantôt techniques. Pour rappel, le terme « hacker » signifie en premier lieu le fait de détourner un objet de sa fonction première. Place aux idées originales, détournez nos objets du quotidien !

Retrouvez tout le programme et les infos pratiques sur leshackteliers.cc.

Du 17 au 19 Mars 2015 : Festival du Numérique Bizz&Buzz en Alsace

Nouvelle édition de Bizz&Buzz, qui rassemble tous les acteurs du numérique en Alsace autour de conférences gratuites, avec des speakers de renom puisque nous aurons le plaisir d’accueillir Axelle Lemaire, Secrétaire d’Etat chargée du numérique. Au total, ce sont 25 conférences qui auront lieu à Strasbourg, Colmar et Mulhouse, autour des thématiques du commerce connecté, de l’email marketing, formations aux outils numériques, et bien d’autres encore. Retrouvez les infos de la conférence de presse sur le site des Blogueurs d’Alsace.

Bizzandbuzz2015

Découvrez le programme du festival du numérique Bizz&Buzz en Alsace

Une soirée de gala sur le thème « Parcours d’innovateurs, bousculer pour avancer » sera animée par 5 speakers experts, dont Pascal Lannoo, Directeur Customer Experience Digitale chez Voyages-sncf.com, ou encore Dan Posalski, CEO de l’agence Black Angus que nous avions déjà rencontré lors de la dernière DémoNight. Attention: billet d’entrée à 50€.

Pour ma part, je participerai au gala ainsi qu’à la conférence « Best Practices du marketing comportemental » qui tiendra place à l’EM Strasbourg.

Du 19 au 22 Mars 2015 : participez au Hacking Health Camp

4 jours dédiés au monde de l’e-santé, un événement qui regroupera des professionnels du milieu médical, des développeurs, des porteurs de projets, désireux de faire progresser le domaine grâce à des projets qu’ils réaliseront lors de l’Hackathon.

HH-Newsletter-img1-copie-470x260

Participez au Hacking Health Camp à Strasbourg

Lors de l’édition 2014 du Hacking Health Camp à Strasbourg, cet événement international avait permis de travailler sur 19 projets au total. Des projets issus d’idées piochées lors du Health Pitch Challenge.

Cela vous rappelle quelque chose ? C’est normal, le Hacking Health Camp est organisé par Alsace Digitale, qui souhaite inciter à l’innovation en proposant sans cesse des formats participatifs. On retrouve donc les formats des Démonights lors du Health Pitch Challenge, ou bien évidemment, le format Startup weekend lors du Hackathon.

Je trouve cette initiative très intéressante, et visiblement ça plaît ! De mon côté, je vous invite à participer, soit en tant que sponsor, soit en tant que participant : les inscriptions sont déjà ouvertes ! Je serai présente au Health Pitch Challenge, j’espère vous y retrouver également !

Et vous, quel sera votre programme ? Et pourquoi pas participer à l’un de ses événements qui font le développement du numérique en Alsace ?

Et surtout une bonne santé en 2015 !

Le mois de Janvier est toujours synonyme de résolutions, surtout après les excès des fêtes de fin d’année, bon nombre d’entre nous se promettent d’avoir une meilleure hygiène de vie pour la nouvelle année. Pour ma part, je n’ai pas échappé aux quelques kilos des fêtes, toutefois j’ai très vite repris le sport, notamment la course à pied, et mes séances de fitness avec mon coaching sportif à domicile Fysiki (que je vous avais déjà présenté dans un précédent article dédié au coaching en ligne).

logo_fysiki

En m’y intéressant de plus près, j’ai découvert les objectifs de développement de 2015 du fondateur. Déjà plutôt fan du concept auquel j’ai adhéré depuis presque un an, j’apprécie particulièrement les efforts d’amélioration des services proposés, qui tiennent compte des avis des fysikistes (à l’heure actuelle, on dénombre bientôt 200 000 membres de la communauté). Petit focus sur une stratégie orientée « client centric ».

Un groupe de leaders et ambassadeurs au sein de la communauté

Encore peu nombreux à se répartir cette lourde tâche, un appel a été lancé : la communauté peut désormais élire ses propres leaders. Ces derniers sont de véritables ambassadeurs du programme, qui animent la communauté de fysikistes, en encourageant et en commentant l’activité de chacun.

leader_fysiki

Des leaders Fysiki pour vous guider

Le fondateur Julien Lavault l’a bien compris, l’influence et la légitimité d’un concept passera par la recommandation ! Qui mieux que des utilisateurs pour prescrire des conseils aux autres membres ? A l’instar de B&You qui avait misé sur une service client 100% communautaire, les leaders prodigueront des précieux conseils pour aider les membres à progresser.

Fonctionnalité inutile ou incomprise ? On l’enlève !

Pas de chichi chez Fysiki, quand une idée ne fonctionne pas, on ne persiste pas, on la retire ! C’est le cas notamment avec le système de points et de classement, qui effectivement, n’était pas très clair (à ce jour je n’ai toujours pas compris son fonctionnement !).

Par contre, lorsque la communauté réclame des améliorations dans les séances, ni une ni deux, on se retrouve avec une nouvelle version ! C’est le cas récent avec l’intégration du stretching en fin de séance, qui ne proposait aucun étirement auparavant.

Des partenariats cohérents

Je viens de découvrir leur partenariat avec Le Diet, qui propose un accompagnement personnalisé pour perdre du poids ou retrouver une bonne hygiène alimentaire, un peu comme mon précédent test avec I love my Diet Coach.

Une remise de 15% est appliquée sur l’abonnement, et le suivi diététique peut également être pris en charge par les mutuelles (pour celles qui proposent cette option). Conclusion, je me suis lancée.

Je viens donc de démarrer un suivi de 3 mois, pour la modique somme de 46€ payable en 2 fois sans frais. Je ne sais pas si le tarif est lié à l’objectif que l’on se fixe, car lors du bilan, Le Diet propose un programme sur une période jugée correcte par rapport à l’objectif (pour moi, c’était donc 3 mois). A vérifier.

Ici encore, on a droit à un service hyper personnalisé, comme j’en ai rarement vu : questionnaire détaillé digne des renseignements généraux, avec une réelle prise en compte de nos aliments préférés, et nos petits coups de cœur. Un menu précis à la semaine ou journalier, malgré une légère prise de tête au début pour assimiler les règles et équivalences des aliments prescrits. Mais j’imagine qu’au bout de la première semaine, les réflexes seront vite là.

Bien que je sois également très attirée par les programmes du Nike Training Club, je reste fidèle à Fysiki, qui propose des programmes agréables, réalisables et surtout sans matériel, à des tarifs hyper compétitifs.

Rien de tel pour garder la forme, que de pouvoir s’appuyer sur un concept sérieux, qui connaît ses utilisateurs, et qui reste à l’écoute des besoins. Une cohérence qui explique sans doute le succès de ce concept. A vous de tester désormais !

%d blogueurs aiment cette page :